/finance/business
Navigation

La Caisse fait encore confiance à eStruxture

Le montant de ce troisième investissement du bas de laine des Québécois dans l’entreprise n’a pas été dévoilé

Le siège social de l’entreprise spécialisée dans les centres de données est situé dans la métropole québécoise.
Photo courtoisie Le siège social de l’entreprise spécialisée dans les centres de données est situé dans la métropole québécoise.

Coup d'oeil sur cet article

La Caisse de dépôt a investi une troisième fois hier dans le géant canadien des centres de données eStruxture lors d’une ronde de 600 M$ visant à compléter l’achat d’Aptum Technologies.

« Quand on a commencé, il y a quatre ans, on avait moins d’une vingtaine d’employés. Aujourd’hui, on a environ 145 employés. On a commencé à mettre le Canada sur la carte », a lancé en entrevue Todd Coleman, le grand patron d’eStruxture.

Le grand patron de eStruxture, Todd Coleman
Photo courtoisie
Le grand patron de eStruxture, Todd Coleman

Hier, la Caisse a annoncé un troisième investissement dans eStruxture lors d’une ronde de 600 millions de dollars avec la torontoise Fengate, mais le bas de laine a refusé de chiffrer sa participation dans la compagnie.

« Des clauses de confidentialité liant tous les partenaires dans le cadre de ce financement nous empêchent de divulguer la manière dont ces sommes sont réparties », a indiqué sa porte-parole Kate Monfette.

En 2017, la Caisse de dépôt avait déjà participé à une ronde de 80 millions de dollars. Elle avait également pris part à une ronde d’un montant inconnu en 2019.

« C’est un investissement significatif à travers le Canada évidemment, pour nous, en tant qu’entreprise qui a son siège social à Montréal et qui est de propriété canadienne depuis quatre ans », s’est félicité au Journal M. Coleman.

eStruxture appartient notamment à Fengate et à la Caisse de dépôt, mais aucun de ces deux actionnaires d’importance n’a de participation majoritaire, a précisé M. Coleman, qui prévoit compléter l’achat d’Aptum Technologies.

« Pas la police d’internet »

Ces quatre dernières années, eStruxture a pu bénéficier de l’équivalent de millions de dollars en rabais d’électricité d’Hydro-Québec, qui a des programmes pour attirer les centres de données.

Au Journal, le grand patron d’eStruxture a réagi à l’enquête de La Presse de la mi-avril, qui révélait la présence d’images pédopornographiques sur les serveurs informatiques d’entreprises d’hébergement établies au Québec.

« On ne contrôle pas les données qui entrent et sortent de nos centres de données », a affirmé Todd Coleman. « On n’est pas la police de l’internet », a-t-il ajouté, en disant collaborer avec les autorités.

« Toutes les compagnies qui font affaire avec les télécommunications et avec l’internet ont ce problème », a-t-il conclu, en se disant préoccupé par cet enjeu mondial, qui dépasse les frontières du Québec. 

  • Au total, eStruxture détient 14 centres de données au pays, dont cinq au Québec : cinq à Montréal, cinq à Toronto, trois à Vancouver et un à Calgary.