/news/coronavirus
Navigation

Un changement de palier qui demande encore un effort dans la Capitale-Nationale

Si l’on veut éviter un retour en arrière, «il n’en tient qu’à nous», prévient la Santé publique

Le Dr André Dontigny
Photo d'archives Didier Debusschère Le Dr André Dontigny

Coup d'oeil sur cet article

Le retour en zone rouge de Québec et de Lévis pourrait être le début d’un retour à la vie normale, «à la condition de demeurer prudents», insistent les directeurs régionaux de santé publique. «Il n’en tient qu’à nous», martèle le Dr André Dontigny.

• À lire aussi: COVID-19 au Québec: 797 cas supplémentaires, 16 nouveaux décès

Il n’en tient qu’à nous puisque nous avons déjà eu la démonstration qu’un changement de palier d’alerte pouvait nous plonger droit dans un ressac, rappelle le directeur de santé publique de la Capitale-Nationale.

«C’est une bonne nouvelle si la population suit, ce serait une moins bonne nouvelle si on se retrouvait comme c’était le cas quand on est passé au palier orange, où il y a eu une mauvaise interprétation collective qui donnait l’impression que tout était beau», explique le Dr Dontigny, ajoutant que l’on devait «continuer à être prudents pour avancer vers davantage de liberté». 

  • Écoutez le journaliste Alexandre Dubé avec Benoit Dutrizac sur QUB radio:   

Dans la Capitale-Nationale, l’amélioration aura malgré tout été «marquée», ces dernières semaines. André Dontigny salue la population pour ces efforts.

«Clairement, les gens ont suivi. On le voit dans les résultats», souligne le médecin à propos des bilans quotidiens de cas et d’hospitalisations.

Plan de match pour l’été

Et pour la suite? Peut-on envisager de se «tricoter un été», pour reprendre une expression chère au maire Régis Labeaume? Trop tôt pour le dire, soutient le directeur régional, laissant malgré tout une porte ouverte.

Cet indice qui laisse entrevoir la lumière au bout du tunnel réside dans le fait que le déconfinement se discute à l’interne. Un premier pas.

«Le calendrier commence à être discuté, mais pas de là à lancer des chiffres ou des échéanciers», indique le Dr Dontigny, rappelant que l’effet de protection des vaccins se fait déjà sentir chez les populations à risque, une autre bonne nouvelle.

«On souhaite tous un été qui sera au moins équivalent à [celui de] 2020, mais pour le reste, c’est prématuré de voir quel bord ça va prendre».

Son homologue de Chaudière-Appalaches confirme elle aussi que des discussions ont lieu à l’interne et qu’elles se poursuivront plus activement sous peu.

«Il faut toutefois maintenir la mobilisation de l’ensemble de la population vers cette normalité. [...] Ça devra être adapté à la situation épidémiologique et à l’avancement de la vaccination», prévient Liliana Romero.

Encore la Beauce

Pour Chaudière-Appalaches, les annonces du premier ministre mardi sont venues scinder la région en deux. Les secteurs de Beauce et des Etchemins gardent les mesures d’urgence de la zone «rouge foncé», alors que le reste de la région passera au palier rouge lundi prochain.

La Beauce demeure le talon d’Achille de la région. On y compte, selon la Dre Romero, environ 70 cas par 100 000 personnes quotidiennement, un taux trois à quatre fois plus élevé que dans les autres coins de la région. 

On y voit aussi de la résistance aux mesures, note à regret la directrice régionale. «Pourtant, on voit autour que quand on adhère aux mesures, ça donne des résultats», insiste-t-elle.

Et les entreprises sont encore le point chaud: 127 des 151 éclosions recensées au total s’y trouvent, selon le dernier bilan, la majorité en Beauce.

«Ce sont beaucoup des petits milieux où tout le monde se connaît, où il y a peu de méfiance envers les autres. Il y a une grande familiarité dans les milieux de travail, et comme c’est très manufacturier, il y a peu de télétravail», observe la Dre Romero pour expliquer la débâcle.

«On a mobilisé la chambre de commerce et les entreprises pour voir quelles sont les problématiques et trouver des solutions pour assurer l’adhésion aux mesures», ajoute-t-elle.

Bilan régional

On recensait mardi 75 cas supplémentaires dans la Capitale-Nationale et 121 sur la Rive-Sud. Le bilan des hospitalisations est aussi plus encourageant à Québec alors qu’on observait une diminution de 5 patients sur les unités de la région, comparativement à une hausse de 2 à Lévis.

Sept décès se sont toutefois ajoutés au bilan de la grande région de Québec, soit quatre dans la Capitale-Nationale et trois en Chaudière-Appalaches. Il s’agit de la moitié des décès de la province.

À voir aussi     

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres