/finance/business
Navigation

La compagnie québécoise Eddyfi/NDT atteint le cap du milliard en 11 ans

2e grosse acquisition en cinq semaines

Le PDG d’Eddyfi/NDT, Martin Thériault, dans les locaux du siège social du fournisseur de technologies d’inspection, à Québec.
Photo Didier Debusschère Le PDG d’Eddyfi/NDT, Martin Thériault, dans les locaux du siège social du fournisseur de technologies d’inspection, à Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Âgée de seulement 11 ans, Eddyfi/NDT a maintenant une valeur dépassant le cap du milliard de dollars, selon la direction. Et il n’est pas question de ralentir : l’entreprise vient de conclure une deuxième transaction en l’espace de cinq semaines dont le montant de la facture varie entre « 75 et 100 millions $ », a appris Le Journal.

• À lire aussi: Manque de main-d’œuvre : Québec doit voir plus «bleu»

Eddyfi/NDT officialisera aujourd’hui l’acquisition de la compagnie Senceive, située au Royaume-Uni. Ce sont 60 salariés qui rejoindront les rangs de la cie de Québec spécialisée dans les équipements et les logiciels d’inspection destinés aux contrôles non destructifs pour les secteurs du pétrole, de l’aérospatiale, des mines, du transport, de l’énergie et du nucléaire.  

Selon le président d’Eddyfi/NDT, cette acquisition ouvrira à sa compagnie les portes de nouveaux marchés sur la scène internationale. 

« Senceive est dans un domaine où nous n’étions pas encore », avance Martin Thériault. « Ils font des senseurs géophysiques pour des tunnels, des routes, des ponts ou des pipelines. S’il y a des mouvements de sol, avec ces capteurs, on peut le mesurer. Cela permet d’avoir un avertissement avant que la situation devienne problématique », explique l’homme d’affaires.

En raison de la COVID-19, cette emplette a dû se faire à distance. Le président n’a même pas encore visité les installations au Royaume-Uni du groupe, qui demeurera une entité distincte d’Eddyfi/NDT.

« Il y a un an, nous n’aurions jamais considéré d’acheter une entreprise sans la voir, maintenant, nous sommes rendus là », souligne-t-il. « Tu dois travailler différemment. Nous avons envoyé une personne qui était locale. Nous avons aussi eu la documentation à distance », raconte-t-il.

Autres achats dans les plans

En mars dernier, rappelons qu’Eddyfi/NDT avait mis le grappin sur l’entreprise Dynamic Risk, de Calgary, pour une somme entre 75 et 100 millions $. 

Depuis 2016, ce sont 850 millions de dollars qui ont été injectés par les actionnaires pour conclure dix acquisitions, dont 500 millions de dollars ont notamment servi pour l’achat de NDT Global, en 2020. D’ailleurs la compagnie prévoit demeurer du côté des prédateurs pour les prochaines années afin d’appuyer sa croissance.

La direction espère réaliser environ quatre transactions par an. « Il faut toutefois être deux pour danser », nuance M. Thériault, avec humour.

À l’automne dernier, Eddyfi/NDT a pondu un nouveau plan stratégique axé principalement sur le diagnostic d’infrastructures, comme des routes, des ponts, des barrages hydroélectriques ou des éoliennes.

« Il y a très peu d’accessibilité sociale pour des désastres environnementaux. Cela met beaucoup de pression sur les opérateurs de ces actifs », note M. Thériault. « Tout le monde doit rehausser ses critères de sécurité ».

L’entreprise, dont le chiffre d’affaires est de 350 millions de dollars, veut aussi faire un saut à la Bourse. Un projet qui devrait se réaliser au plus tard en 2023. 

« C’est la prochaine étape pour nous. Cela pourrait être dans six mois ou d’ici 2023. Cela va aller en fonction de nos besoins. [...] On veut créer un fleuron québécois. On veut être celui qui achète ailleurs », conclut M. Thériault.

Eddyfi/NDT en bref   

  • 1300 travailleurs    
  • Siège social à Québec    
  • 10 acquisitions en 5 ans    
  • Fournisseur de géants comme SpaceX et Ford    
  • Fondée en 2010    
  • Un chiffre d’affaires de 350 millions $ 28 bureaux dans le monde    
  • La Caisse de dépôt et placement et Novacap sont actionnaires