/news/provincial
Navigation

Projet immobilier de 100M$: Lac-Saint-Joseph entame des démarches légales et des citoyens sont mécontents

Projet immobilier de 100M$: Lac-Saint-Joseph entame des démarches légales et des citoyens sont mécontents
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Alors que la Ville de Lac-Saint-Joseph embauche des avocats pour s’opposer au projet immobilier de 100 M$ qui doit voir le jour à Fossambault-sur-le-Lac, la municipalité voisine, des citoyens dénoncent un projet trop gros.

• À lire aussi: Projet de 100M$ sur la plage du lac Saint-Joseph

« On va prendre tous les moyens légaux pour empêcher ce développement qui ne correspond d’aucune façon à notre vision de développement durable du lac », lance la conseillère de Lac-Saint-Joseph, Jocelyne Boivin. 

Rappelons que le complexe immobilier serait érigé sur le site du camping et de la plage du lac Saint-Joseph et comprendrait plus de 400 unités d’habitations ainsi qu’une marina accueillant une centaine d’embarcations.  

« Une étude en 2016 indiquait déjà que le nombre d’embarcations était considérablement élevé par rapport à la capacité du lac. Notre plan d’eau risque de se dégrader rapidement », poursuit Mme Boivin. 

« Pas réaliste »

La conseillère rappelle que le terrain en question avait été cédé à la municipalité voisine en 1982 pour accommoder le propriétaire de l’époque.

Lac-Saint-Joseph compte donc faire entendre son opposition, et c’est pourquoi elle a obtenu « d’urgence » les services de la firme d’avocats Bélanger Sauvé. 

Des citoyens ont également lancé une pétition pour faire connaître leur mécontentement. Au moment d’écrire ces lignes, près de 4400 personnes l’avaient signée. 

« La grosseur du projet n’est pas réaliste pour une petite ville comme la nôtre, et surtout pour le lac Saint-Joseph qui a un écosystème très sensible », explique Vanessa Landry-Claverie, instigatrice de la pétition. 

Un consensus

Contactés par Le Journal, Éric Brideau et Jean Perron, le promoteur du projet, et le maire de Fossambault-sur-le-Lac, balayent du revers de la main les craintes des citoyens de la municipalité. 

« Durant l’été, il y avait entre 40 000 et 50 000 véhicules qui circulaient. Tous ces déplacements-là n’existeront plus », estime M. Perron. 

Selon eux, on ne verra plus de plaisanciers voulant rentabiliser leur sortie en se promenant en bateau du matin au soir, la qualité du lac en sortira donc améliorée. 

« D’ailleurs, le problème de circulation de bateaux sur le lac Saint-Joseph [touche] l’ensemble des riverains. On doit arriver à un consensus. Ce n’est pas à mon projet d’en faire les frais », affirme M. Brideau. 

Une consultation publique sera menée du 12 au 27 mai pour obtenir l’opinion des citoyens à l’égard du projet.