/investigations/polices
Navigation

Un demi-million $ pour le chef de la Sûreté du Québec suspendu

Martin Prud’homme est encore rémunéré et protégé

GEN-CEDRIKA-PROVENCHER
Photo d’archives Martin Prud’homme a été relevé de ses fonctions de directeur général de la Sûreté du Québec il y a deux ans.

Coup d'oeil sur cet article

L’État québécois a dépensé plus d’un demi-million de dollars l’an dernier pour rémunérer et assurer la sécurité du directeur général de la Sûreté du Québec (SQ), Martin Prud’homme, suspendu de ses fonctions depuis deux ans, indiquent des documents budgétaires du gouvernement.

L’opposition libérale a tenté jeudi d’en savoir plus sur la situation de M. Prud’homme, qui est toujours visé par une enquête administrative en matière d’éthique et de déontologie. 

Le député Jean Rousselle a estimé que le gouvernement a dépensé plus d’un million de dollars depuis que M. Prud’homme a été relevé temporairement de ses fonctions en mars 2019.

Il a cité des documents montrant que, l’an dernier, le ministère de la Sécurité publique a déboursé 586 880 $, dont 250 498 $ pour le rémunérer et 319 902 $ pour les gardes du corps qui le protègent.

«Pendant ce temps-là, M. Prud’homme est chez lui, et les Québécois paient», a-t-il dit.

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a affirmé que ces dépenses sont prévues dans les conditions de travail de M. Prud’homme.

«Les processus ont été suivis», a-t-elle dit sans donner plus de détails sur le dossier, lors d’une séance d’étude des dépenses de son ministère.

DOUBLE EMPLOI

À cette occasion, la directrice générale intérimaire de la SQ, Johanne Beausoleil, a affirmé que 533 de ses 7900 policiers occupaient également un autre emploi, en 2020.

Des statistiques montrent que ce chiffre était de 200 il y a cinq ans.