/finance/business
Navigation

La SQDC veut plus de cannabis québécois

La SQDC veut plus de cannabis québécois
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

La Société québécoise du cannabis (SQDC) misera davantage sur les produits québécois dès cette année, alors qu’une vingtaine de lettres d’intention de fournisseurs d’ici pourraient être signées. La société d’État travaille également sur une identification pour distinguer le «cannabis bleu».

• À lire aussi: Sociétés d’État: Québec solidaire demande de plafonner les salaires

Ces derniers jours, le PDG, Jean-François Bergeron, a accepté de revenir sur les premiers pas de la SQDC et les projets dans les cartons pour cette année. Pour sa part, il partira à la fin mai chez Loto-Québec.

«Actuellement, 40% des produits offerts dans nos succursales sont cultivés au Québec», a chiffré au Journal le grand patron. «Si on prend les entreprises natives du Québec avec leur siège social ici, on parle de cinq producteurs sur une vingtaine [24], ce qui n’est pas tant», a-t-il concédé.

Cette donnée, si tout se passe comme prévu, devrait toutefois changer au cours de l’exercice financier 2021-2022. Une vingtaine d’entreprises d’ici ont des lettres d’intention avec la SQDC, mais sont toujours dans l’attente de l’obtention des autorisations nécessaires du côté d’Ottawa.

«On va faire de la place pour les producteurs du Québec», a assuré M.Bergeron. «On aimerait beaucoup avoir des producteurs micros. Il y a une réelle demande pour ces produits», a-t-il ajouté.

Il s’agit souvent de producteurs avec un plus faible volume qui cultivent et préparent leurs produits à la main, plutôt qu’avec un système automatisé. Ces produits pourraient être disponibles dans un nombre limité de succursales.

La SQDC mentionne travailler également sur un identifiant visuel pour mieux guider les clients vers les producteurs du Québec en succursale. Le défi est de fournir cette information sans qu’elle soit considérée comme de la promotion.

«L’idée est d’avoir un identifiant, qui ne sera pas un logo, mais quelque chose qui identifie les produits du Québec», a expliqué M.Bergeron.

  •  Écoutez la chronique économique d’Yves Daoust, directeur de la section Argent du Journal de Montréal, sur QUB radio:

68 succursales

De 12 succursales lors de son lancement le 17 octobre 2018, la SQDC en compte aujourd’hui 68. Entre 20 et 25 nouveaux magasins devraient ouvrir cette année. L’objectif est d’avoir 100 sites d’ici la fin 2022.

Rappelons que les premiers pas de la SQDC n’ont pas été de tout repos. La première année a été marquée par une pénurie de cannabis. Il y a eu les modifications dans la réglementation et puis après la COVID-19.

En deux ans, M.Bergeron raconte que le prix du pot au gramme a «baissé de façon importante» à la SQDC, notamment en raison de la surcapacité de la production par rapport à la demande à travers le Canada.

«C’est parti d’un prix moyen d’environ 8,50$ tous produits confondus à 6,75$. [...] Cela a eu un impact sur les ventes totales, mais nous avons vendu plus en volume, ce qui a compensé», a-t-il affirmé.

Vente directe à la ferme

Quant à la possibilité de permettre un jour la vente directe à la ferme pour les producteurs – depuis le 21 avril, Thrive Cannabis est autorisé à le faire en Ontario –, M.Bergeron ne ferme pas la porte. En raison de la réglementation en vigueur, cette option pourrait s’avérer toutefois très complexe.

«Actuellement, on ne peut pas faire de promotion. L’offre que nous avons en succursale doit être impartiale. [...] Si la SQDC opérait une offre à la ferme, il faudrait voir de quelle façon on peut offrir d’autres produits que ceux de cette ferme. La loi est assez stricte», répond-il, ne cachant pas que des producteurs lui ont déjà fait part de leur appétit pour ce projet.

Lors de son entrevue, M.Bergeron, qui estime laisser la maison en ordre, a préféré ne pas trop aborder son prochain défi chez Loto-Québec.

«Au lieu de célébrer son 50e anniversaire, Loto-Québec a été mise à la l’épreuve dans la dernière année. Elle a été durement touchée. Je vais prendre le temps de saisir les dossiers», a-t-il indiqué, prônant la transparence chez les sociétés d’État.

Société québécoise du cannabis (SQDC)      

  • Plus de 300 produits en moyenne dans les succursales    
  • La direction espère avoir une centaine de succursales d’ici la fin 2022    
  • 883 employés    
  • 68 magasins   
  • 24 producteurs québécois ont une lettre d'intention avec la SQDC       
Écoutez Le bon plant une série balado sur le cannabis qui sort des sentiers battus, au-delà des idées préconçues.

À VOIR AUSSI...