/investigations/truth
Navigation

Des salaires encore loin de l’Ontario

POL-LEGAULT-PERIODE-QUESTIONS
Photo d’archives Le premier ministre du Québec, François Legault.

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : notre Bureau d’enquête, basé à Montréal, à Québec et à Ottawa, se spécialise dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, nos journalistes et recherchistes vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre de voir plus clair dans l’actualité de la semaine.


L'ÉNONCÉ

Mardi, François Legault a souligné que les Québécois rattrapaient les Ontariens relativement au salaire qu’ils gagnent : « Quand on est arrivés au gouvernement en octobre 2018, l’écart de salaire moyen avec l’Ontario était de 9,8 %. Actuellement, selon les derniers chiffres disponibles pour 2020, l’écart a été réduit à 8,4 % », a-t-il dit en chambre, en se basant sur des données de Statistique Canada. M. Legault a souvent répété qu’un de ses plus grands objectifs était de réduire l’écart de richesse qui subsiste entre le Québec et l’Ontario.

LES FAITS

Les données annuelles utilisées par M. Legault font mieux paraître son gouvernement que les données mensuelles. Lors de son allocution en Chambre, il a utilisé la moyenne des écarts salariaux pour l’année 2018 en entier alors qu’il n’est arrivé au pouvoir qu’en octobre. Si on compare la moyenne salariale de l’année 2018 à celle de l’année 2020, comme l’a fait M. Legault, le Québec a en effet réduit sa différence de salaire avec l’Ontario de 1,4 %. Toutefois, si on compare le mois où il est arrivé au pouvoir et les plus récents chiffres mensuels de Statistique Canada, la tendance est plutôt inverse. En comparant octobre 2018 à février 2021 (mois le plus récent où des données sont disponibles), on constate que la différence de salaire entre le Québec et l’Ontario est passée de 10,1 % à 10,5 % pendant ces 29 mois au pouvoir. 

–Pascal Dugas Bourdon

CHIFFRE DE LA SEMAINE: 141

C’est le nombre de maires élus en 2005 au Québec qui sont toujours en poste aujourd’hui, 16 ans plus tard.

Le plus vieux d’entre eux est celui de la municipalité de Trois-Rives, en Mauricie. Lucien Mongrain, aujourd’hui âgé de 88 ans, siège depuis 1981. Depuis son entrée en politique municipale, il y a 40 ans, il a remporté les 10 élections auxquelles il s’est présenté.

Régis Labeaume, qui a annoncé mercredi qu’il ne se représentera pas à la mairie de la Ville de Québec, a de son côté été élu il y a 14 ans lors d’une élection partielle. Il a donc été élu à quatre reprises au cours de sa carrière politique.

–Charles Mathieu