/travel/destinations/quebec
Navigation

Vos vacances au Québec: l’art de se réinventer a rapporté en Estrie

Des commerçants ont même enregistré des records d’achalandage en 2020

Charles-Emmanuel Pariseau
Photo collaboration spéciale, Maryse Mathieu À l’image de plusieurs de ses homologues, le chef et copropriétaire du O Chevreuil, à Sherbrooke, Charles-Emmanuel Pariseau, a réinventé sa façon de faire en offrant deux services de souper. Il a également décidé de bonifier le choix de produits alimentaires à la boutique de son restaurant.

Coup d'oeil sur cet article

Prise d’assaut pour les activités de plein air et l’agrotourisme, enregistrant même des records d’achalandage en été et durant la saison de ski, la région des Cantons-de-l’Est entrevoit le même scénario cette année. Le secret ? Se réinventer.  

• À lire aussi: Redécouvrir le Québec: pour profiter pleinement de l’été!

Chez Tourisme Cantons-de-l’Est, la porte-parole, Danie Béliveau, se dit impressionnée par tout ce qui a été instauré par plusieurs pour survivre. Depuis la désinfection partout, même dans les campings, « qui ont probablement vécu leur meilleure année à vie », croit-elle, jusqu’à l’installation de tables extérieures et terrasses pour des dégustations. 

Malgré un bel été, Mme Béliveau admet que des centaines de milliers de dollars n’ont pas été dépensés dans la région, et les restaurateurs en arrachent. La raison est simple : la distanciation physique limite grandement la capacité d’accueil de nombreux lieux et ampute évidemment leurs revenus. 

Par exemple, au vignoble Le Cep d’Argent, à Magog, afin de respecter deux mètres entre les « bulles », il a fallu ouvrir les champs de vignes pour y tenir les dégustations. Résultat : 25 % d’augmentation de l’achalandage. 

« Avec une hausse de nos ventes de près de 15 % », se réjouit le copropriétaire Jean-Paul Scieur. Le vigneron a toutefois encaissé l’annulation de 30 mariages et plus de 140 autobus touristiques. 

Chez les hôteliers, la livraison de repas aux chambres a été un succès, notamment chez Estrimont Suites et Spa qui a même connu une hausse de 10 % du taux d’occupation en mars dernier, par rapport à 2019.  

Au luxueux Manoir Hovey, presque toujours complet, on continue d’investir 1 million $ par année. En avril, l’établissement cinq étoiles a été exceptionnellement fermé pour complètement refaire la salle à manger. « On prévoit investir de 9 à 10 M$ d’ici trois ans », annonce le directeur général, Jason Stafford.  

«Cet été, j’ai eu beaucoup de monde de Montréal. Un tourisme d’intérieur s’est créé. C’était l’fun! » -Charles-Emmanuel Pariseau, copropriétaire du O Chevreuil        

Certains B & B et auberges ont choisi de fermer temporairement, notamment en raison du passage de la région en zone rouge.   

  • Écoutez la journaliste Karine Gagnon ici  

L’événementiel se transforme  

Le plus gros événement gastronomique au Québec, la fête des Vendanges Magog-Orford, annulé l’an dernier, remplacera son immense chapiteau par des plus petits, ouverts à l’avant, avec un corridor de circulation de 60 pieds de large. « Ce sera clôturé et contrôlé », informe le directeur général Jérémy Parent. 

À Sherbrooke, la fête du lac des Nations planifie une trentaine de spectacles en plein air. Le tout sera également diffusé sur le web, et pourra se tenir à la rigueur exclusivement en ligne, comme l’an dernier.  

Un zoo achalandé en hiver

Un peu partout, on se réorganise, comme le Bromont Blues & BBQ, qui sera déplacé sur la rue Shefford. À la Corporation des événements de Magog, « on envisage une fête nationale avec de la musique ambulante sur des chars de type allégorique pour éviter les attroupements », mentionne la coordonnatrice, Charline Durand-Lafrance.  

Quant au plus gros attrait touristique de la région, le Zoo de Granby, il enregistre une hausse d’affluence de 40 % cet hiver puisque les gens cherchaient des activités à l’extérieur.