/finance/business
Navigation

De nouveaux restaurants verront le jour sous peu à Québec malgré la crise

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Le chef exécutif du BO Cuisine d’Asie situé dans le théâtre Le Diamant, Vincent Morin, souhaite pouvoir ouvrir son nouveau restaurant en juin.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré une dernière année «extrêmement difficile», des restaurateurs tiennent tête à la pandémie et ouvriront de nouveaux restaurants, à temps pour l’été.

Dès le mois de juin, si les règles sanitaires le permettent, le restaurant BO Cuisine d’Asie, installé en façade du théâtre Le Diamant, devrait accueillir ses premiers clients.

Le restaurant de 98 places, qui possède une terrasse de 40 places, se veut un «bistro raffiné» où l’on mariera la culture asiatique et les produits du terroir, soutient le chef exécutif, Vincent Morin.

Ainsi, on pourra notamment déguster des agrumes asiatiques cultivés en serres, à Montréal, de la pâte miso de North Hatley, ainsi que des algues de la Gaspésie.

Quebec
Photo Stevens LeBlanc

Le menu, inspiré par «l’Asie des moussons», soit l’Asie du Sud et du Sud-Est, mettra de l’avant des plats asiatiques nouveaux genres, créant ainsi un «nouveau type de saveurs», ajoute le chef. Des accords mets vins, mets sakés ou thés seront aussi offerts.

C’est Robert Lepage lui-même, créateur du théâtre qui héberge le restaurant, qui souhaitait ouvrir un restaurant asiatique à cet endroit, soutient-il. «Il adore la culture asiatique. Il voyage beaucoup et ça l’inspire beaucoup également pour ses œuvres», indique M. Morin.

S’amuser

Un autre restaurant, Le Clan, verra aussi le jour à la mi-juillet, dans les locaux de l’ancien Café de la Paix, sur la rue des Jardins, dans le Vieux-Québec.

Pour les associés, Yanick Parent, actuel propriétaire des restaurants Bello, La Buche et Don Vegan, et son nouveau partenaire, Stéphane Modat, ancien chef du Château Frontenac, «les astres étaient alignés» pour qu’ils se lancent en affaires, même en temps de pandémie.

Yannick Parent
Photo Stevens LeBlanc
Yannick Parent

«Je veux qu’on s’amuse, je veux avoir du plaisir, sans barrière», affirme le chef. «Ce sera comme une orgie dans le château de Versailles!» lance-t-il, pour illustrer l’ambiance qui régnera dans son nouvel établissement.

Restaurant gastronomique, mais «sans prétention», Le Clan proposera notamment des aliments locaux, dans une ambiance chaleureuse et décontractée, soutient M. Parent.

Pour pallier le fait que la «restauration va mal» en pleine crise sanitaire, les restaurateurs vont aussi mettre de l’avant des produits locaux, pour «redonner aux cultivateurs et producteurs de chez nous, une communauté qui nous est chère», souligne M. Modat. 

Archibald dans le Vieux-Québec

Également en juin, l’Archibald fera par ailleurs son entrée dans le Quartier Petit Champlain, une première pour la bannière en terrain «plus touristique». Le nouvel établissement, représentant un investissement de plus d’un million de dollars, sera situé dans les anciens locaux du restaurant Spag&tini, devant la traverse.

«Oui, c’est audacieux [étant donné le contexte]. Mais c’est un beau défi», affirme Ivan Waddell, directeur général associé de l’Archibald de Sainte-Foy.

Ivan Waddell
Photo Stevens LeBlanc
Ivan Waddell

Mais, ces nouveaux projets comportent leur lot d’inquiétudes, confient les restaurateurs, d’abord en raison de la pandémie qui n’est pas encore terminée, mais surtout en ce qui concerne la difficulté à trouver de la main-d’œuvre. «Autant je suis excité par ce projet, autant je suis nerveux et stressé», confie M. Parent.

Le son de cloche est le même pour M. Morin, qui recherche activement 8 à 10 employés en cuisine.

À voir aussi