/sports/opinion/columnists
Navigation

Qualité de pêche et variété à proximité

Campeau 0805
Photo courtoisie Diane Couture se souviendra longtemps de la fougue de ces belles mouchetées de l’Auberge la Barrière.

Coup d'oeil sur cet article

En ces temps de pandémie où tout semble compliqué, il faut se rappeler que la pêche peut se dérouler en toute simplicité avec la distanciation physique nécessaire.

Du côté de Sainte-Émélie-de-l’Énergie, à l’Auberge la Barrière, les choses ont bien changé depuis la venue de la COVID. « Juste avant la pandémie, 90 % de nos réservations étaient composées de forfaits avec hébergement. De nos jours, comme partout ailleurs, les gens ont dû s’adapter et modifier leurs habitudes, car on ne peut maintenant recevoir qu’une seule bulle familiale par chalet, jusqu’à nouvel ordre. Ainsi, depuis l’ouverture à la mi-avril, la vaste majorité de la clientèle opte pour la pêche à la journée », expliquent les deux propriétaires de cette pourvoirie qui existe depuis la fin des années 1800.  

Un peu d’histoire

Carole Lanctot et Guy Lalonde ont fréquenté la Barrière pendant de nombreuses années à titre de clients. Ils y allaient plus d’une dizaine de fois par été. Leur passion pour le site s’est littéralement changée en histoire d’amour, si bien qu’ils en ont fait l’acquisition en 2013.

« Après avoir repris le flambeau, nous avons modernisé l’ensemble des infrastructures et des équipements reliés à l’activité de prélèvement avant de relancer les opérations. Au-delà de deux millions de dollars ont été injectés dans les chalets, les condos et l’auberge principale afin de tout remettre au goût du jour », précise la copropriétaire. 

Nouvelle réalité

Tout comme l’ensemble des pourvoyeurs, ce sympathique couple et leur équipe ont dû mettre la barre très haute afin de s’assurer que tout soit conforme et surpasse les normes de la sécurité publique. « Les gens sont nerveux et plusieurs ont peur de se retrouver dans un environnement qui a été fréquenté par d’autres personnes qui pourraient compromettre leur santé. Nous nous servons d’un système de pulvérisation désinfectant pour détruire les virus et les bactéries après chaque départ pour rassurer tout le monde », confie
M. Lalonde. 

Un système de pulvérisation permet de tout désinfecter entre chaque visite.
Photo courtoisie
Un système de pulvérisation permet de tout désinfecter entre chaque visite.

Parlons pêche 

L’espèce la plus populaire de la Barrière est l’arc-en-ciel. Elle est présente dans les eaux du lac St-Charles qui borde l’auberge, du Ayotte, du Brézé et du plan d’eau à trophées, le Sans Cœur. Bien que la longueur moyenne des spécimens attrapés soit de 28 à 35 cm, sachez qu’il se capture une cinquantaine de palettes de plus 3 kg chaque année. Le record de l’été dernier est de 5,3 kg. Lors de notre récente visite à la fin avril, les poissons aux multiples coloris réagissaient bien avec des petits tubes, des devons de moins de 11 cm et les traditionnelles cuillères métalliques accompagnées d’un ver de terre. 

La famille des truites mouchetées est présente dans l’ensemble des huit plans d’eau exploités. Leur taille moyenne varie de 25 à 35 cm. Les lacs Marc et petit Brézé sont les hôtes de gros ombles de fontaine qui font fréquemment osciller la balance à plus de 2 kg. L’ensemble des techniques conventionnelles fonctionne généralement bien, tout comme les petites dandinettes telles les Micro Craw, les Micro Nymphe Twister, les Atomic Teaser, les Mimic Minnow, etc. 

Ces arcs-en-ciel du lac Sans Cœur ont opposé de mémorables batailles à ces pêcheurs des environs.
Photo courtoisie
Ces arcs-en-ciel du lac Sans Cœur ont opposé de mémorables batailles à ces pêcheurs des environs.

Défis

Les adeptes à la recherche de nouveaux affrontements voudront certainement se mesurer aux méfiantes truites brunes, aux combatifs ombles chevaliers ou à l’espèce emblématique et unique à La Barrière, l’arc-en-ciel dorée, mieux connue sous l’appellation de golden trout.

« Ce qui est apprécié de nos visiteurs, c’est la diversité que nous offrons. Peu importe le temps de l’année et les migrations saisonnières, il y a toujours une espèce qui est active et prête à livrer de beaux combats », indiquent ceux qui ensemencent plusieurs milliers de poissons par année.

PISTES ET REPÈRES

Nom : Pourvoirie auberge la Barrière

Où : À 90 minutes de Montréal, à Sainte-Émélie-de-l’Énergie

Directions : De Joliette, empruntez la 131 nord jusqu’au chemin de la Barrière.

État des routes : Chemin forestier de 7,5 km parfaitement carrossable avec une petite voiture. 

Superficie : 20 km2.

Habitations : 22 chalets et condos pouvant accueillir de 2 à 22 convives. Trois chalets isolés en bordure de lac.

Cote de la FPQ : De 3 à 4,5 étoiles 

Forfaits : Européen modifié avec possibilité de repas à la carte.

Commodités : Chalets tout équipés, foyers extérieurs, télévision, Wi-Fi et cellulaire à l’auberge. 

Espèces : Omble de fontaine et chevalier, truite arc-en-ciel, arc-en-ciel dorée et brune.

Zone : 15

Activités : Pêche blanche, chasse à tous les gros et petits gibiers, roue du roi, kayak, planche à pagaie, pédalo, tourbillon naturel, fauconnier, bassin d’initiation et bateau-maison pour 4 personnes, à venir, etc.

Unicité : Cinq espèces de salmonidés, dont la golden trout.

Infos : (450) 884-5748 ou aubergelabarriere.com