/travel
Navigation

Saison estivale: Charlevoix interdit les campings clandestins

Coup d'oeil sur cet article

À l’approche de la saison touristique, Charlevoix a décidé d’agir pour mettre fin au camping illégal. Les municipalités des deux MRC comptent interdire de camper sur les lieux publics.

• À lire aussi: Vos vacances au Québec: la catastrophe évitée aux Îles

• À lire aussi: Redécouvrir le Québec: pour profiter pleinement de l’été!

• À lire aussi: Vos vacances au Québec: Charlevoix parmi les chouchous

«On a vu sur des terrains privés des gens s’installer en caravane comme quand j’étais jeune, en cercle, mais sur des terrains privés», déplore le maire de Saint-Siméon, Sylvain Tremblay.

«On a vu des campeurs qui vidaient leurs eaux usées dans les grilles de drainage des chemins», ajoute son homologue de l’Isle-aux-Coudres, Patrice Desgagnés.

La région a véritablement été prise d’assaut par les touristes l’été dernier. Avec la nouvelle réglementation, les récalcitrants devront s’attendre à payer plus cher.

«Dans l’heure actuelle, on avait une amende de 100$, ça va monter à 200$, explique la préfet de la MRC de Charlevoix-Est, Odile Comeau. Maintenant, la Sûreté du Québec aussi va pouvoir intervenir.»

Les résidents rencontrés sont satisfaits.

«Absolument d’accord avec ça. Je pense que c’est une question de (savoir-vivre). Certains jettent leurs déchets partout», se confie un homme de La Malbaie.

«Disons que c’est un très beau paysage ici, on n’aime pas tellement que les gens saccagent notre paysage», tranche une autre.

Les lieux publics comme seront désormais interdits aux campeurs. Les municipalités cherchent donc des solutions pour malgré tout accueillir les touristes, alors que les véritables terrains de camping affichent déjà complet.

«(On a des) terrains de transit, sans service, à un coût minime. Pour une nuit, si on arrive tard, on peut s’installer», précise M. Tremblay.

«Si ces campeurs demandent un terrain sans service, ils vont leur trouver une place», ajoute M. Desgagnés.

«La plateforme Terego peut être une alternative. Ceci étant dit, est-ce qu’il y a des places dans Charlevoix, il faut voir», suggère de son côté Michèle Moffet, directrice générale adjointe de Tourisme Charlevoix.

Tous s’entendent : les visiteurs seront accueillis à bras ouvert, mais dans le respect.