/investigations
Navigation

Une fortune pour livrer les vieux F-18

Le Canada a dépensé près de 20 M$ alors que le transport par bateau aurait pu coûter jusqu’à cinq fois moins cher

Antonov
Photo tirée du compte Twitter Military Aviation in UA Un avion-cargo géant Antonov-124 charge un appareil de chasse F-18 australien sur une base du pays, en novembre 2020, pour un long vol à destination du Canada.

Coup d'oeil sur cet article

Les Forces armées canadiennes ont choisi le moyen de transport le plus dispendieux à leur disposition, soit des vols par avion-cargo, pour faire venir des avions de chasse usagés achetés en Australie.

• À lire aussi: Québec et l’industrie aérospatiale rêvent de plus de commandes militaires

Résultat : une facture dépassant 18,8 M$ pour acheminer 16 avions au Canada.

Or, le transport par bateau aurait pu coûter jusqu’à cinq fois moins cher que ce montant, selon nos recherches.

Les Forces armées canadiennes (FAC) se justifient en soutenant que le transport aérien était « la manière la plus sécuritaire et efficace de faire venir les aéronefs », indique-t-on dans un courriel en réponse à nos questions, sans donner davantage d’explications. 

Les FAC ont précisé qu’il était impossible de faire voler la plupart des avions par leurs propres moyens depuis l’Australie, étant donné qu’ils devaient subir des opérations d’entretien. 

En 2017, le gouvernement Trudeau a acquis 18 chasseurs F-18 australiens usagés pour 300 millions $ (somme qui inclut les modifications à apporter aux avions). 

Il s’agissait de combler le manque actuel de chasseurs au sein de l’aviation canadienne. 

Avions vieillissants

Les F-18 australiens sont des appareils presque identiques, mais un peu plus récents, à nos CF-18 vieillissants, dont plusieurs ne sont plus en état de voler.

À cause de motifs politiques, le Canada a retardé de plusieurs années leur remplacement par des modèles de nouvelle génération, un délai qui a réduit de plus en plus le nombre de CF-18 disponibles. 

Quinze des 18 appareils australiens ont été livrés jusqu’à maintenant, et seulement trois ont commencé à voler au sein de l’aviation canadienne. 

Appelée à réagir, la Fédération des contribuables canadiens s’est dite surprise par la décision concernant le transport des avions australiens. 

« Puisque les Forces armées canadiennes n’en avaient pas besoin immédiatement, je ne comprends pas pourquoi ils ont utilisé ce moyen de transport [très rapide] », souligne le porte-parole Aaron Wudrick. 

Livrés à Mirabel

Les F-18 australiens proviennent de la base de Williamtown, située à environ 200 kilomètres de Sydney, et sont livrés à la compagnie L3Harris de Mirabel, où ils sont mis aux normes canadiennes. 

Pour les transporter, les FAC ont d’abord utilisé leurs propres avions de transport C-17 Globemaster, puis une compagnie privée de nolisement.

Il aurait coûté beaucoup moins cher de les faire venir par bateau.

Notre Bureau d’enquête a pu calculer les coûts d’envoi d’un chasseur F-18 par bateau depuis l’Australie, avec l’aide d’une compagnie montréalaise spécialisée en transport international, CMC Integrated Logistics.

Selon l’estimation de la compagnie, on obtient un prix d’environ 450 000 $ US par appareil. 

Le prix de transport par mer pour 16 avions serait donc de 7,2 millions US $ (8,8 millions $ CA).

Mais en adoptant un autre itinéraire, comprenant une partie par bateau, de Sydney à New York, et une partie par route, de New York à Montréal, on pourrait baisser le prix à 200 000 $ par avion, soit un total de 3,2 millions $ CA. 

CMC n’a pas été en mesure de valider ce prix, qui a été évalué à partir d’autres sources de transport. 

Pour le critique du Parti conservateur du Canada en matière de Défense, James Bezan, ces dépenses sont à l’image du programme d’achat des F-18 australiens par le Canada : un immense gaspillage d’argent. 

« Nous disons depuis le début que d’acheter des F-18 usés à la corde de l’Australie est une mauvaise décision politique des libéraux », souligne le député. 

Plutôt que de recourir à cette situation bancale, le gouvernement Trudeau aurait dû accélérer le processus d’achat des nouveaux avions de chasse, estime-t-il. 

– Avec la collaboration de Sarah Daoust-Braun, de l'Agence QMI

 Comment les F-18 sont arrivés ici  

2 AVIONS  

  • Arrivés par leurs propres moyens en février 2019, après avoir participé à un exercice militaire au Nevada.          

5 AVIONS  

  • Acheminés un à la fois par avion de transport C-17 Globemaster des Forces canadiennes, entre novembre 2019 et septembre 2020.     
  • Le temps de vol pour un aller-retour Canada-Australie est d’une quarantaine d’heures.      
  • Un C-17 consomme environ un total de 200 000 $ en carburant pour effectuer ce trajet, selon nos calculs, ce qui donne un total de 1 million $ pour les cinq vols. Des coûts de maintenance sont aussi associés à l’utilisation d’un C-17, mais que nous n’avons pas pu calculer faute de données disponibles.          

11 AVIONS  

  • Acheminés jusqu’à deux à la fois par avion-cargo Antonov-124 nolisés par la Momentum Decisive Solutions, de Toronto, à partir de novembre 2020. Les Forces canadiennes ont accordé un contrat de 17,8 millions $ à la compagnie pour sept vols. Trois avions restent encore à transporter de l’Australie.           

FACTURE TOTALE DU TRANSPORT : AU MOINS 18,8 M$

Des réponses pour de nouveaux avions l’an prochain   

  • Le constructeur choisi par le Canada pour remplacer ses CF-18 âgés de presque 30 ans devrait être connu en 2022.     
  • Trois sont en lice : Lockheed Martin avec le F-35, Boeing avec le F/A-18 Super Hornet et Saab avec le Gripen E.      
  • Lors de son élection, en 2015, le gouvernement Trudeau a décidé d’annuler le programme déjà prévu de l’achat des F-35 pour des raisons politiques. Le processus a été relancé et la période de dépôt de soumissions s’est terminée en juillet 2020.      
  • On estime la valeur du contrat entre 15 et 19 milliards $.         

À VOIR AUSSI