/news/politics
Navigation

«La mairesse qu’il faut à cette ville», dit Labeaume

Le maire a vanté la compétence et le ton conciliant de Marie-Josée Savard

Coup d'oeil sur cet article

Régis Labeaume est convaincu que Marie-Josée Savard ferait la meilleure mairesse pour Québec et promet de « s’effacer » pour lui laisser toute la place en campagne électorale. 

• À lire aussi: 4 enjeux incontournables pour Marie-Josée Savard

• À lire aussi: Mairie de Québec: l'annonce de la candidature de Marie-Josée Savard se fera mercredi

• À lire aussi: Vers une candidature de Marie-Josée Savard à la mairie de Québec?

C’est la compétence et l’empathie de Mme Savard qui en font une candidate de choix, a souligné le maire de Québec, qui passe maintenant le flambeau de son parti à sa vice-présidente du comité exécutif. Équipe Labeaume devient donc Équipe Marie-Josée Savard. 

Le maire Régis Labeaume a présenté mercredi sa dauphine, Marie-Josée Savard. L’annonce s’est faite au restaurant de cette dernière, à Place Québec.
Photo Stevens LeBlanc
Le maire Régis Labeaume a présenté mercredi sa dauphine, Marie-Josée Savard. L’annonce s’est faite au restaurant de cette dernière, à Place Québec.

Conscient du manque de notoriété de sa dauphine, M. Labeaume a affirmé que les gens « ne la connaissent pas tant parce que Marie-Josée Savard n’a jamais cherché la lumière » et vise plutôt à « livrer la marchandise ».

Émue

La principale intéressée, émue et quelque peu nerveuse, s’est dite honorée d’être choisie pour ce poste par le maire et ses conseillers. M. Labeaume a insisté : la décision a été approuvée par les 12 autres élus de son équipe. 

« Nous nous tournons vers elle pour ce rôle parce que nous la connaissons et que nous sommes convaincus qu’en ces temps difficiles de pandémie, elle a les qualités qu’il faut pour prendre soin de la population et gérer cette ville dans les quatre prochaines années », a lancé le maire. 

Pas un plan de carrière

De son côté, Marie-Josée Savard n’a jamais rêvé de devenir mairesse. « Je n’ai jamais pensé faire de mandat sans vous », a-t-elle lancé à Régis Labeaume, vers qui elle s’est souvent tournée pendant la conférence de presse.

L’idée s’est frayé un chemin au fil des conversations qu’elle a eues avec M. Labeaume depuis août dernier. C’est à ce moment qu’il s’est « invité chez elle pour prendre un verre » et pour lui annoncer son intention de quitter la politique.  

  • Écoutez le journaliste Alexandre Dubé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Il lui a alors affirmé qu’elle était celle qu’il voyait comme sa dauphine. « Je l’ai toujours vue comme ma successeure. » Il n’a par ailleurs pas l’intention de s’immiscer dans la campagne ni d’intervenir. « Mon temps est fait », a-t-il répété.

En septembre dernier, Labeaume a sondé ses troupes et a demandé qui était le mieux placé pour le remplacer. « Généralement, c’était toujours le nom de Marie-Josée qui revenait. Je n’ai entendu aucun autre nom. »

Depuis lors, c’est Mme Savard qui prépare l’organisation de la campagne électorale de cet automne. 

Continuité

Marie-Josée Savard se définit comme la candidate de la continuité, fière du bilan laissé par 14 années d’administration Labeaume. 

« La Ville va bien », s’est-elle réjouie. Elle a d’ailleurs souligné que « c’est la même gang » politique qui l’appuiera si elle est élue. Elle souhaite d’ailleurs que le chef de cabinet de M. Labeaume, Louis Côté, poursuive l’aventure avec elle.

Quant aux autres élus, certains partiront, a annoncé la candidate, sans les nommer. 

Son équipe sera connue dans les semaines à venir. Mais elle lance dès maintenant la machine et dit vouloir donner des réponses aux personnes qui ont manifesté un intérêt pour joindre les rangs d’Équipe Marie-Josée Savard. 

Ce qu’ont dit les quatre autres candidats à la mairie  

« Je suis surpris que Mme Savard décide de se lancer à la mairie de Québec parce que je la côtoie depuis quatre ans et que je l’ai toujours vue dans un rôle plus effacé. »

–Jean-François Gosselin, chef de Québec 21

« Bienvenue dans la course. L’omniprésence du maire laisse croire que ce sera un Régis Labeaume 2.0. »

–Jean Rousseau, chef de Démocratie Québec

« On salue son arrivée. On est heureux que quelqu’un vienne défendre le bilan de cette administration en s’inscrivant dans la continuité. »

–Bruno Marchand, chef de Québec forte et fière 

« Je souhaite la bienvenue à Marie-Josée Savard dans la course à la mairie et je me réjouis, par ailleurs, d’y voir une autre femme, signe que les temps changent. »

–Jackie Smith, cheffe de Transition Québec