/opinion/columnists
Navigation

La chance au coureur

La chance au coureur
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Peu connue du grand public, discrète dans son rôle de vice-présidente du comité exécutif et dotée d’une personnalité aux antipodes de Régis Labeaume, qui l’appuie, Marie-Josée Savard doit parvenir à s’imposer rapidement.

L’appui de Régis Labeaume pourrait bénéficier à Marie-Josée Savard de plusieurs façons. 

D’abord, la candidate sera entourée de plusieurs membres de l’équipe actuelle du parti du maire et d’une organisation bien établie. 

Ceux-ci possèdent une vaste expérience en politique municipale à Québec, de même qu’une fine connaissance des dossiers, dont celui du tramway, plus important projet de l’histoire de Québec. Le fait qu’elle entende appuyer une deuxième phase m’apparaît fort intéressant.

Des conseillers décideront probablement de ne pas revenir. Il ne faut pas s’en étonner avec le départ de M. Labeaume, mais cela favorisera un nécessaire renouveau.

Quant à représenter l’héritage de M. Labeaume, sa dauphine fait le bon calcul en ne sentant pas le besoin de prendre ses distances. Nos sondages Léger démontrent depuis des années un très fort taux de satisfaction et de confiance envers le travail du maire. Le dernier coup de sonde démontrait d’ailleurs qu’il aurait été réélu facilement. 

De s’identifier comme la « candidate de la continuité » ne sonnera donc pas comme un point négatif pour une majorité d’électeurs. D’autant plus en cette période de pandémie, les citoyens pourraient avoir envie de stabilité. 

Sortir de l’ombre 

Mais tout cela pourra être profitable à Marie-Josée Savard à condition que Régis Labeaume s’efface de la campagne, comme il promet de le faire. La candidate doit maintenant sortir de son ombre pour mieux briller. 

Marie-Josée Savard détient d’ailleurs tout le potentiel pour mener à bien sa propre campagne. Femme d’affaires intelligente et reconnue pour son écoute, elle s’est avérée peu portée vers le « spotlight » au cours de ses huit années en politique. Elle n’en gagne pas moins à être connue et entendue. 

Le fait qu’elle soit une jeune femme – Québec n’a connu qu’une seule mairesse pendant un court laps de temps en plus de 413 ans d’existence – et une entrepreneure s’avère d’ailleurs inspirant. Le changement de ton qu’elle représente aussi.