/weekend
Navigation

Yvon Deschamps a «peur qu’on soit marqués par la pandémie»

Yvon Deschamps
Photo Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

Comme tout le monde, Yvon Deschamps est « tanné » de la pandémie. Habitué à passer ses hivers en Floride, l’humoriste retraité de 85 ans a été contraint de subir les affres de l’hiver québécois pour la première fois depuis des années. « J’ai trouvé ça dur, vraiment », dit-il.

• À lire aussi: Des monologues encore choquants

• À lire aussi: Des conférences pour Yvon?

La dernière fois que nous avions rencontré Yvon Deschamps, c’était en octobre dernier, pour parler d’un spectacle virtuel qui visait à célébrer son 85e anniversaire et amasser des fonds pour sa fondation. 

Cette fois-ci, on lui parlait à propos du nouveau partenariat que l’humoriste a conclu avec ComediHa ! pour la gestion de son catalogue. Depuis quelques jours, les amateurs d’Yvon Deschamps peuvent regarder une dizaine de ses spectacles intégraux sur la plateforme ComediHa.tv. Des extraits de ses mono-logues sont aussi accessibles sur sa chaîne YouTube officielle.

En pleine forme durant la généreuse entrevue accordée sur Zoom, Yvon Deschamps a parlé avec plaisir de certains de ses monologues qui avaient grandement fait jaser à l’époque et que l’on peut maintenant regarder en ligne. 

Mais bien sûr, en début d’entretien, on souhaitait d’abord savoir comment il allait depuis les six derniers mois. « Ma pandémie se porte assez bien, répond-il. Mais comme tout le monde, je suis tanné. J’espère que ça va changer. Mais j’ai peur de ce que j’appelle “le syndrome du voleur”. »

Yvon Deschamps explique ce syndrome : lorsqu’on a oublié de fermer une fenêtre ou de barrer la porte d’entrée, et que c’est à ce moment-là qu’on se fait voler. « Après ça, tu veux mettre des barreaux dans les fenêtres et changer les serrures, dit-il. C’est épouvantable. J’ai peur que ça fasse ça, qu’on soit marqués. J’ai peur qu’il n’y ait plus de pandémie, mais qu’on porte encore des masques et qu’on se tienne à six pieds, parce qu’on a encore peur. »

Yvon Deschamps devait recevoir sa deuxième dose du vaccin contre la COVID-19 ce mois-ci. « Mais j’ai reçu un courriel qui disait que ce serait plutôt à la fin juin. Je m’attends à en recevoir un autre qui va dire juillet ou août. J’ai des amis qui sont en Floride. Eux, ils ont eu les deux doses en trois semaines. »

Du soleil plein la tête

Parlant de la Floride, Yvon et sa femme, Judi Richards, n’ont pu y retourner l’hiver dernier en raison de la pandémie. « Parce qu’on n’était pas là, il y a eu des troubles à notre maison. Un dégât d’eau et des fenêtres brisées parce qu’on est sur un terrain de golf. On va aller voir ça un jour, mais on ne sait pas quand ! »

Son premier hiver québécois en plusieurs années n’a pas été facile. « La première bordée de neige qu’on a eue [ils ont une maison dans les Laurentides, près de Saint-Sauveur], j’ai pelleté tout le tour de la maison pendant quelques heures. J’ai failli mourir ! Pendant deux jours, le cœur me faisait mal... »

Deux deuils

Comme un malheur n’arrive jamais seul, Yvon et Judi indiquent avoir perdu un filleul et un neveu dans deux accidents, le mois dernier. « Il y en a un qui a perdu connaissance en faisant le déjeuner, raconte Yvon. Le feu a pris. Il a été plogué pendant deux semaines à l’hôpital et il est mort. L’autre, c’était un accident de voiture. Mettons que ça fait des semaines désagréables. »

« Les gens pensent qu’on est dans des châteaux d’ivoire et qu’il n’y a rien de mal qui nous arrive, mentionne Judi, qui s’est jointe à la conversation. Mais non, on est du vrai monde. Il y a des choses qui nous arrivent, comme tout le monde. »

Du côté positif, Yvon Deschamps entrevoit avec le sourire l’arrivée du beau temps et le déconfinement probable des prochaines semaines. « Je suis certain qu’on va pouvoir faire des affaires dehors avec du monde, dit-il. On va fêter le retour d’une certaine normalité. Mais ça va prendre des années avant que ça revienne. Si jamais ça revient. »


Un encan au profit de la Fondation Yvon Deschamps se tiendra du 11 au 20 juin. Pour les détails : facebook.com/fydcs. Les archives vidéo de l’humoriste sont accessibles sur sa chaîne officielle YouTube et plusieurs spectacles complets peuvent maintenant être visionnés, avec un abonnement payant, sur la plateforme ComediHa.tv.