/opinion/blogs
Navigation

Le tramway au cœur de l’élection à la mairie de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Le dossier du tramway pourrait jouer un rôle plus important qu’on pourrait le croire lors des prochaines élections municipales à Québec. Même si, dans les sondages, ce grand projet de transport collectif a la faveur populaire, si le vote des pro-tramway se divise, tous les contres pourraient se ranger derrière le seul des cinq candidats officiels qui s’y oppose.

La stratégie du chef de l’opposition à la Ville de Québec est simple; miser sur la division du vote pour gagner. Jean-François Gosselin pourrait donc réussir à se faire élire à la mairie de Québec en mentionnant qu’il promet de jeter le réseau de tramway à la poubelle, le plus gros investissement public de l’histoire de sa ville.

Bien sûr, il se mettra à dos tous les partisans du projet, mais faire du clientélisme pourrait être payant pour lui s’il tient à tout prix à une victoire.

Je m’explique. Si on se fie au dernier sondage CROP commandé en avril dernier par un groupe opposé au tramway, 52% des répondants de Québec étaient en faveur du mégaprojet et 42% contre, dont 24% fortement opposés et 17% peu favorables.

Maintenant que le projet de tramway est officiellement démarré, il y a fort à parier que les appuis ont augmenté, mais il est clair que ceux et celles qui s’y opposaient fortement n’ont pas changé de camp. Analysons quelques scénarios sur la possible division du vote à la mairie.

En 2017, Jean-François Gosselin avait réussi à obtenir la confiance de 27% des électeurs contre Régis Labeaume. S’il augmentait ce pourcentage à 32% grâce au vote des opposants au tramway, ça veut donc dire qu’il resterait 68% pour les quatre autres candidats. Si on divise à parts égales, ça représente 17% chacun.

Évidemment, une division à parts égales est peu probable. Toutefois, il faudrait quand même qu’un des quatre candidats en faveur du tramway se démarque énormément pour éviter d’envoyer le projet de tramway à l’abattoir. Et c’est sans compter que d’autres noms, en faveur du tramway, pourraient s’ajouter dans la course à la mairie de Québec.

Régis Labeaume était rassuré en annonçant son départ. Il se disait que son projet de tramway était maintenant sur les rails, sauf que la partie n’est pas encore gagnée. Même si le feu vert a été donné à l’appel de propositions, le projet pourrait encore dérailler. De la belle matière à réflexion pour tous les candidats et candidates pro-tramway qui travaillent chacun de leur côté.

Parfois, en politique, il faut s’interroger sur nos réelles motivations. Si pour certaines candidatures à la mairie la réalisation du tramway est cruciale, il faudra peut-être qu’elles pensent à s'allier. Quoi qu’il en soit, l’élection à la mairie de Québec s’annonce très intéressante.