/investigations
Navigation

La proximité de Coderre avec la F1 inquiète Plante

Denis Coderre a appelé des responsables de la F1, à la demande de Québec

Coup d'oeil sur cet article

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, est inquiète de la relation de proximité entre Denis Coderre et les bonzes de la course automobile, allant même jusqu’à évoquer un «retour d’ascenseur».

• À lire aussi: Denis Coderre a fait jouer ses contacts pour la F1

«Je trouve qu’on devrait se questionner beaucoup sur la relation de l’ancien maire avec la Fédération internationale de l’automobile [FIA]», a tonné Mme Plante.

Lundi matin, notre Bureau d’enquête révélait que l’ex-maire de Montréal Denis Coderre avait appelé des personnes hautement placées dans l’organisation de la Formule 1, au moment où les gouvernements négociaient le renouvellement de l’entente sur le Grand Prix du Canada. 

«J’ai passé des messages», a illustré M. Coderre, qui sera de nouveau candidat à la mairie de Montréal en novembre. Il a indiqué avoir appelé directement le président de la FIA, Jean Todt.

«Ça, du typique de Coderre de dire: “moi j’ai un chum”», a soutenu Mme Plante sur son adversaire.

Elle s’est montrée surprise d’apprendre que le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, avait lui-même sollicité l’aide du candidat à la mairie de Montréal, Denis Coderre, et non le contraire.

«M. Fitzgibbon ne dit pas la même histoire à tout le monde», a-t-elle laissé entendre.

«Moralement particulier»

La mairesse n’a pas manqué de rappeler que M. Coderre était allé travailler à la Fédération internationale de l’automobile, moins de deux ans après le fiasco de la course de Formule électrique à Montréal.       

  • Écoutez la chronique de Jean-Louis Fortin, directeur du Bureau d'enquête de Québecor   

Un lien d’emploi qu’elle juge «moralement particulier» pour l’ancien maire.

«Peut-être que c’est un retour d’ascenseur? Combien a-t-il été payé pour faire cette job? Parce que nous, les Montréalais, ça nous a coûté 25 M$, la Formule électrique», a pesté Mme Plante.

Le Bureau de l’inspecteur général (BIG) de Montréal publiait, en 2018, un rapport accablant sur le rôle de M. Coderre et de son cabinet dans le dossier de la Formule électrique.

Le BIG a conclu que l’administration municipale avait créé un organisme à but non lucratif, Montréal c’est électrique, pour contourner les règles d’appels d’offres.

Valérie Plante craint qu’un retour à la mairie de Denis Coderre ne signifie un retour de la Formule électrique. «Le fait qu’il ne se prononce pas sur le retour de la Formule électrique, il y a anguille sous roche. Je me méfie. Je pense que les Montréalais aimeraient ça savoir [ce qu’il en est]», dit-elle. 

Réaction à Québec

Le député de Québec solidaire Vincent Marissal croit que M. Fitzgibbon a manqué de délicatesse envers l’administration Plante en faisant appel à M. Coderre dans le contexte de la campagne électorale.

«Ça démontre une très grande proximité de M. Fitzgibbon et M. Coderre», a-t-il dit.

Étant donné ses liens «de camaraderie» avec les bonzes de la F1 et son fiasco avec la Formule électrique, M. Coderre aurait dû s’abstenir d’intervenir, croit le député de Rosemont.

«S’il redevient maire, il ne pourra pas se comporter comme ça. T’as pas à faire des petits deals avec tes amis de la F1», dit-il.

Denis Coderre se défend

Le candidat à la mairie de Montréal Denis Coderre s'est défendu en fin d'après-midi sur Facebook.

«On a le choix: ou bien on travaille pour faire rayonner Montréal et sortir de la crise, ou bien on fait des attaques personnelles. J’ai choisi de faire rayonner Montréal. Chaque fois que j’en aurai l’occasion, je ferai toujours ce même choix. Ce sera aux Montréalais de décider s’ils préfèrent les attaques personnelles ou que la métropole se démarque», a écrit le chef d'Ensemble Montréal.

À VOIR AUSSI