/news/transports
Navigation

Le gouvernement essaie-t-il de verdir le 3e lien?

Le projet sera lié au tramway pour le rendre plus acceptable, estime un organisme

Carte troisième lien (meilleure qualité)
Illustration Courtoisie Cette carte rendue publique vendredi montre les quatre composantes du futur Réseau express de la Capitale (REC).

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement du Québec tente de verdir le très peu écologique troisième lien en l’accolant au tramway de Québec, estime Accès transports viables (ATV). 

Le gouvernement Legault annoncera cet après-midi, en grande pompe, son projet de troisième lien, lors d’un événement qui regroupera aussi le tramway de Québec, les voies réservées à Lévis ainsi que la nouvelle desserte de la banlieue par l’ajout de voies réservées sur les autoroutes.  

Pour Étienne Grandmont, directeur général d’ATV, Québec tente de faire du « greenwashing » avec son projet de troisième lien.

Il rappelle que le gouvernement n’a pas annoncé officiellement le tramway et a plutôt voulu en faire une annonce conjointe avec le troisième lien.

« C’est pour donner un côté plus vert aux projets de troisième lien et d’élargissement d’autoroutes, qui eux, ne le sont pas du tout. [...] Le tramway sert de caution verte au troisième lien. » 

Il note la très grande différence dans le traitement des projets. « Le tramway a eu droit à un communiqué de presse un vendredi après-midi, alors que pour le troisième lien, ce sera une annonce en grande pompe un lundi [aujourd’hui]. C’est éloquent à quelle enseigne loge le gouvernement », note M. Grandmont, qui estime depuis le début que le tunnel n’est « pas justifiable ».

Il en appelle maintenant au gouvernement fédéral, qui sera sollicité, à ne pas financer le projet. La population déchantera aussi quand elle connaîtra les coûts, selon lui.

« Il y a tellement d’infrastructures plus importantes qu’on pourrait construire avec ces sommes. » 

Première pelletée de terre

Auteur en 2016 d’un rapport sur le troisième lien, le professeur à l’École Polytechnique de Montréal Bruno Massicotte estime qu’il est possible pour le gouvernement Legault de procéder à la première pelletée de terre de ce mégaprojet durant l’actuel mandat et de respecter ainsi son engagement électoral de 2018.

Cela dit, il s’agirait au mieux de « travaux préparatoires », tempère-t-il.

« Des aménagements périphériques sont toujours possibles à partir du moment où on connaît les deux bouts du tunnel, précise-t-il. Mais les vrais travaux, avec un tunnelier, ne commenceront pas avant trois à quatre ans. Il y a des choses qu’on ne peut pas compresser. » 

Optimisme à Lévis

De son côté, Gilles Lehouillier a réitéré, vendredi, que le plan qui sera présenté dans les prochaines heures « est un projet rassembleur [et] une vision exceptionnelle qui va avoir un impact et qui va faire de Québec, enfin, une vraie capitale de niveau international de très haut calibre ».

Selon le maire de Lévis, le premier ministre Legault « est très fier de son projet d’avenir ».

–Avec la collaboration de Taïeb Moalla

Ce qui sera annoncé aujourd’hui 

  • Un tramway de 19,3 km
  • Un tunnel Québec-Lévis (3e lien); la longueur anticipée en 2020 était de 6,5 km (9 km en incluant les approches).  
  • Plus de 100 km de voies réservées sur les autoroutes
  • Plusieurs km de voies réservées à Lévis, de l’est du pôle Desjardins jusqu’à l’entrée ouest de Québec