/opinion/columnists
Navigation

PLQ: panique à bord

Coup d'oeil sur cet article

 Le Parti libéral du Québec s’est trouvé une cheffe venue de la CAQ, Dominique Anglade. Et voilà que le parti de Robert Bourassa, dont on avait cru à l’époque qu’il pourrait glisser vers la souveraineté, ce PLQ délaissé par les francophones, cherche des appâts pour les hameçonner.

Le dernier «truc» serait de proposer «une constitution québécoise qui pourrait contenir des éléments tels que la charte québécoise des droits et libertés, le français comme langue commune publique, le fonctionnement des institutions politiques ou encore la protection des droits historiques des anglophones.»

En fin de semaine, l’ex-députée Hélène David, citée par Le Journal, a déclaré: «Il y a un an, je n’avais aucune idée de ce dont on parlait. J’étais complètement abasourdie. Et effectivement, les provinces ont le droit, c’est prévu.» Le document qui a servi de base de discussion lors du colloque du PLQ qui réunissait cent militants présente le parti comme «progressiste» et «nationaliste».

Réélection

Faut-il en rire ou en pleurer? Le PLQ fait-il envie ou bien pitié? Car il cherche ainsi péniblement à doubler en quelque sorte la CAQ qui, le vent dans les voiles électoralistes, se dirige vers une réélection.

Le PLQ a été un instrument remarquable du progrès du Québec moderne. Mais tout comme l’Union nationale, qui à sa manière avait participé à l’évolution nationaliste du Québec jusqu’à la montée en flèche du PQ, le PLQ appartient à l’histoire glorieuse passée. Mais Philippe Couillard fut le fossoyeur du nationalisme libéral.

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Le PLQ a un avenir dans la mesure où la majorité francophone continuera sa décroissance. Cela ne signifie pas que la CAQ doive triompher. D’ailleurs, François Legault est trop prudent pour s’enflammer. 

Son projet de loi 96 est en ce sens à son image. Il est marqué par une modestie doublée d’une clairvoyance politique. C’est pourquoi il épargnera le PLQ selon le principe qu’on ne tire pas sur une ambulance.