/news/provincial
Navigation

Tunnel Québec-Lévis: une «aberration», estiment des citoyens

Ottawa exigera des approbations environnementales

Tunnel Québec-Lévis: une «aberration», estiment des citoyens
Photo Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

Faire aboutir un tunnel autoroutier à deux pas d’un quartier résidentiel est « une aberration » et revient à le « sacrifier », dénonce la présidente du conseil de quartier de Lairet.

• À lire aussi: Réseau express de la Capitale: Labeaume satisfait, Lehouillier aux anges

• À lire aussi: 3e lien: experts et écologistes sceptiques

• À lire aussi: [VIDÉO] 3e lien: un tunnel de 6 à 10 G$ d’ici 10 ans

• À lire aussi: Le choix du tramway confirmé par les études commandées par la CAQ

Julie Tremblay-Potvin se prononçait lundi quelques minutes après l’annonce en grande pompe du gouvernement, qui a confirmé que son tunnel Québec-Lévis aboutira sur Laurentienne, entre Hamel et Soumande, à courte distance du quartier Lairet. 

  • Écoutez l'entrevue du ministre des Transports, François Bonnardel, avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

« C’est une aberration. Il y aura plus de véhicules, plus de microparticules, plus de bruit, plus de pollution, plus de risques pour la santé des citoyens. Il y aura tout le trafic que ça va engendrer, les gens qui vont sortir du tunnel et qui vont vouloir retourner vers le centre-ville. On a vraiment le sentiment d’être le quartier sacrifié. Il y a des maisons qui sont à 25 mètres de l’autoroute et c’était déjà une préoccupation. »  

  • Écoutez le commentaire de Richard Martineau sur QUB radio et LCN:    

Deuil du tramway

Déjà, les citoyens de Lairet venaient d’apprendre qu’ils allaient devoir faire leur deuil à court terme du tramway, qui a été dévié vers D’Estimauville. « On est doublement déçus. »

La confirmation de l’aménagement du boulevard urbain sur Laurentienne ne réussit pas à mettre un baume sur leur déception.

« On est content que ça se concrétise au sud, mais au nord de Soumande, ce ne sera pas ça. Ça va être des voies de sortie du tunnel. »

Dans Saint-Roch, une autre sortie est prévue dans la falaise où aboutissaient des bretelles qui ont été démolies.

Lundi, le gouvernement affirmait que les détails de ces sorties restaient à arrimer avec la Ville de Québec. Mais il y a déjà plus d’un an, le conseil de quartier de Saint-Roch s’était prononcé contre toute sortie du tunnel où que ce soit dans le quartier. 

Environnement 

De son côté, le gouvernement fédéral a été interpellé par le premier ministre François Legault, qui s’attend à une contribution financière, étant donné que « c’est un projet qui intègre le transport collectif ». 

Le président du Conseil du trésor, Jean-Yves Duclos, a d’ores et déjà avisé que « la réussite du test des évaluations environnementales sera essentielle à l’appui du gouvernement fédéral ».

Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement devra se pencher sur ce projet en 2023. Ottawa promet d’étudier le dossier.

Le gouvernement fédéral rappelle qu’il ne finance plus les projets d’autoroutes.

Si le troisième lien s’intégrait dans un programme fédéral existant pour le transport collectif, seule sa part qui concerne le transport en commun pourrait se qualifier pour un financement, et non le projet dans son ensemble, qui se chiffre entre 6 et 10 milliards $. 

Réactions mitigées de l’opposition  

Tunnel Québec-Lévis: une «aberration», estiment des citoyens
Photo Simon Clark

Ce qui m’inquiète, c’est qu’on veut faire une première pelletée de terre dans 15 mois pour sauver les fesses du député de La Peltrie (Éric Caire). Oui il faut accélérer les choses, mais il ne faut pas sauter les étapes et il faut qu’il y ait un BAPE. » 

- Enrico Ciccone, Parti libéral du Québec

Tunnel Québec-Lévis: une «aberration», estiment des citoyens
Photo Simon Clark

Ça ne va pas m’empêcher de dormir, car je pense que ce projet ne se fera pas, car ça ne passera jamais la barre des tests environnementaux. C’est un projet qui n’est pas en phase avec le 21e siècle. »

– Sol Zanetti, Québec solidaire

Tunnel Québec-Lévis: une «aberration», estiment des citoyens
Photo Simon Clark

Les coûts annoncés sont colossaux. Et ce montant est même, probablement, grossièrement sous‐évalué. En comparaison, le pont Samuel-De Champlain a coûté 4,24 G$. »

- Joël Arseneau, Parti québécois

À VOIR AUSSI : 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.