/news/politics
Navigation

Le maire d'Alma ne se représentera pas

Coup d'oeil sur cet article

Les citoyens d'Alma auront une nouvelle personne à la mairie en novembre, le maire Marc Asselin ayant confirmé qu'il ne demanderait pas un nouveau mandat, après 12 ans à diriger les destinées de sa ville. 

• À lire aussi: Dégât d’eau au palais de justice de Chicoutimi: une deuxième journée sans activités

• À lire aussi: La justice reprend son cours après l’incendie du palais de justice de Roberval

• À lire aussi: Le terminus d'Intercar à Chicoutimi déménage

«Je pense qu'il est temps que je pense un peu plus à moi», a déclaré le premier magistrat, rencontré devant l’hôtel de ville.

Celui qui a également passé 18 ans au conseil laissera une municipalité dont la santé financière fait l'envie des autres.

«Ce qu'on a réussi à investir tout en maintenant le contrôle des finances, c'est de ça que je suis le plus fier», a affirmé Marc Asselin.

Il est également fier d’avoir présenté en 2017 les Jeux du Québec, qui ont permis la rénovation du Centre Mario-Tremblay et la construction d'un centre multisports de plus de 12 millions de dollars, comme il l’avait promis avant de se lancer dans ces projets.

«Il va falloir que les bottines suivent les babines. Et, lorsque sont arrivés les Jeux du Québec, il y avait une porte ouverte pour aller demander au gouvernement d'être présent», s'est-il remémoré.

Le maire Asselin s'est aussi fait remarquer en faisant pression sur Rio Tinto afin d’obtenir des investissements.

«Ces projets-là, à un moment donné, il faut les mettre en action. Je ne sais pas si vous avez vu les cours au niveau de la bourse, où s'est rendu le prix de l'aluminium à la tonne. Plus ça va, moins il y a d'arguments pour ne pas investir chez nous», a-t-il noté.

Après son départ, le maire ne voudra surtout pas jouer à la belle-mère avec la personne qui lui succédera, mais il a un conseil pour elle.

«Ne perdez jamais de vue notre santé financière. Nous, on est au 11e rang de la ville du bonheur. Mais pour la ville du bonheur, ça prend certains moyens pour s'en payer, du bonheur.»

Deux candidats ont annoncé qu'ils brigueraient les suffrages à la mairie d’Alma, soit la conseillère municipale Sylvie Beaumont et le maire de Desbiens, Nicolas Martel.