/news/currentevents
Navigation

Procureur coupable d’aide à l’immigration illégale

Il avait aidé une Colombienne à traverser des États-Unis au Canada

erick bouchard
Photo d'archives Erick Bouchard, dans un article du Journal paru en janvier 2019, relatant son succès comme procureur pour la Couronne fédérale. « Même en fauteuil roulant, je me suis retrouvé à l’endroit où je voulais être », disait-il.

Coup d'oeil sur cet article

Un procureur de la Couronne tétraplégique a aidé une immigrante à traverser illégalement la frontière canado-américaine en échange d’aide pour une convalescence à venir.

• À lire aussi: Un juge se voit reprocher plusieurs propos déplacés

Le 5 avril 2019, Erick Bouchard a été aperçu aux États-Unis au volant d’une fourgonnette noire, s’arrêtant sur le chemin Roxham, à une dizaine de mètres de la frontière canadienne. Sa passagère est débarquée et a traversé au Canada à pied, avec ses bagages. 

Mais elle est immédiatement arrêtée par des policiers de la GRC qui surveillaient l’endroit connu pour ses nombreux passages illégaux. Me Bouchard se présente quelques minutes plus tard, seul à bord de sa fourgonnette, au contrôle douanier de Saint-Bernard-de-Lacolle.

Il a plaidé coupable hier d’avoir aidé une femme à entrer illégalement au Canada, contrevenant à la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés. 

Pour avoir de l’aide

Une loi que l’homme de 46 ans connaissait, étant à l’emploi du Service des poursuites pénales du Canada comme procureur de la Couronne fédérale. 

Au moment des événements, Érick Bouchard, tétraplégique depuis 1991, revenait d’un séjour de plusieurs mois en Floride. 

Il y passe tous ses hivers sous la recommandation de sa médecin.

La femme qu’il a accompagnée jusqu’à la frontière canado-américaine, Marta Yolanda Galindo Santos, originaire de la Colombie, souhaitait alors s’établir au Canada pour sa sécurité. 

S’il a accepté de l’aider à passer illégalement les douanes, c’est qu’il souhaitait obtenir de l’assistance pour le long trajet en voiture jusqu’au Canada, mais aussi pour sa convalescence suite à une opération prévue à son retour chez lui, a résumé en Cour hier le procureur de la Couronne Simon Lacoste, au palais de justice de Saint-Jean-Sur-Richelieu.

Erick Bouchard a pu bénéficier hier d’une absolution inconditionnelle, ce qui veut dire qu’il n’aura pas de casier judiciaire. Il a aussi versé 1500 $ à la Croix-Rouge.

Conséquences sur l’accusé

Une sentence « clémente », a concédé Me Lacoste, mais qui tient compte de la situation « excessivement particulière » et la condition médicale de l’accusé. 

Aussi, Erick Bouchard a démissionné en mars dernier du Service des poursuites pénales du Canada.

Le juge Stéphane Godri, de la Cour du Québec, a entériné la suggestion commune, notant les « conséquences majeures » de cette démission sur la vie de l’accusé. 


La peine maximale à laquelle il s’exposait était de six mois de prison et d’une amende allant jusqu’à 10 000 $.

À VOIR AUSSI...