/entertainment
Navigation

Déconfinement: le secteur événementiel de la Mauricie tente d'ajuster le tir

Coup d'oeil sur cet article

Pendant que le gouvernement continue de détailler son plan de déconfinement, le secteur événementiel de la Mauricie ajuste le tir. Tandis que l'équipe du Festivoix entrevoit les mesures annoncées avec optimisme, le Grand Prix de Trois-Rivières et le Festival Western de Saint-Tite sont toujours en quête de réponses et n'ont pas encore statué sur la tenue de leurs événements cet été.

• À lire aussi: Les mesures d’urgence levées dans trois régions dès lundi

• À lire aussi: Événements extérieurs: un air festif souffle sur le Québec

«On a parlé beaucoup de zones orange et de zones jaunes, on parle de spectacles en salles fermées, en salles ouvertes... Nous autres on est un peu de tout ça en même temps», a observé mercredi en entrevue avec TVA Nouvelles Pascal Lafrenière, directeur général du Festival western de Saint-Tite.

Celui-ci a rappelé que l'événement attire environ 650 000 visiteurs par année, en temps normal. Une réalité qui lui semble difficile à arrimer avec le maximum de 2500 personnes que prescrit le gouvernement.

Une annonce est envisagée au cours des prochains jours quant à la forme que prendra l'événement. M. Lafrenière souligne que jusqu'à mardi, le scénario envisagé était celui d'un événement principalement virtuel.

«On a huit mois de retard», a-t-il laissé tomber.

Du côté du Grand Prix de Trois-Rivières, on attend toujours des directives claires de la Santé publique. Le directeur général de l'événement a fait valoir qu'entre les bénévoles et les participants, plus de 2000 personnes convergent déjà vers le site, sans compter le public.

«C'est primordial que les événements qui sont à l'extérieur, comme les nôtres, n'aient pas la même jauge que, par exemple, le Centre Bell, qui a 500 m2, quand on considère que notre site est à l'extérieur et qu'il compte 300 000 m2», a martelé M. Fugère.

L'organisation se donne jusqu'au 1er juin pour statuer sur la tenue de l'événement, date au-delà de laquelle il deviendra difficile d'envisager de tenir le GP3R.

Au Festivoix, le ton est plus optimiste. «2021 va être une année unique, qui va rester dans les annales. Il y aura beaucoup d'intimité avec les artistes, beaucoup de shows qui ne reviendront pas les prochaines années et un nouveau décor pour chacun des trois sites qu'on a retenus», a promis Thomas Grégoire, directeur général de l'événement.

À l'Amphithéâtre Cogeco, on se félicite de tout le travail accompli en amont des annonces des derniers jours.

«On a annoncé huit spectacles hier [mardi], on est en prévente demain [jeudi]... D'avoir été en avance dans nos scénarios, eh bien, on applique un de nos scénarios qui vient se coller à ce que la Santé publique et le gouvernement demandent», a relaté Steve Dubé, directeur général de Corporation des événements de Trois-Rivières.