/finance/business
Navigation

Finalement, ce sont 3350 produits qui seront bientôt plus chers à la SAQ

FD-GREVE-SAQ
Photo d’archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

La hausse des prix à la Société des alcools du Québec (SAQ), prévue pour ce dimanche, touchera finalement environ 3350 produits, vins et spiritueux.

• À lire aussi: Pas moins de 127 cadres nommés par l’État mieux payés que le PM

Mardi matin, la SAQ a dévoilé les changements de prix à venir sur ses produits courants et de spécialité en approvisionnement continu. La direction avait toutefois refusé de révéler au Journal les modifications tarifaires prévues pour les produits achetés par lots. Il s’agit des arrivages ponctuels.

Selon nos informations, la direction a transmis comme directive à ses succursales d’ajuster à la hausse pour dimanche le prix de 1526 produits achetés par lots. Les variations vont de dizaines de cents à plusieurs dollars. 

Ce nombre vient s’ajouter aux 1827 vins et spiritueux annoncés par la SAQ qui coûteront aussi plus cher aux consommateurs, dès dimanche. La hausse moyenne pour les produits courants sera de 0,30 $.

La société d’État révisera également à la baisse, cette fin de semaine, le prix de 1119 produits en approvisionnement continu ou achetés par lots. 

Pour expliquer ces variations de prix, la SAQ évoque l’augmentation des frais de transport maritime en provenant de l’Europe et la Nouvelle-Zélande, les demandes des producteurs et la hausse des taux des droits d’accise du fédéral.

La société affirme que l’appréciation du dollar canadien, ces derniers mois, a toutefois eu des impacts positifs sur ses commandes.

«Exceptionnellement», la SAQ prévoit qu’elle devra revoir de nouveau ses prix le 18 juillet prochain en raison des frais supplémentaires qui sont exigés par les transporteurs maritimes en raison de la rareté des conteneurs.

Les producteurs perdants ?

Selon le regroupement A3 Québec, qui représente 72 agences de vins, bières et spiritueux collaborant avec la SAQ, les prochains ajustements de prix de la société d’État ne reflètent pas les demandes des producteurs, dont la production a été plus coûteuse au cours de la dernière année. L’organisation affirme notamment que le prix du grain, un ingrédient nécessaire pour certains spiritueux, a augmenté de 18 % depuis un an.

«Les hausses souhaitées se seraient traduites par une augmentation marginale de quelques cents par bouteille pour les produits concernés, mais pour un producteur qui vend de gros volumes à la SAQ, cet ajustement aurait eu un impact direct sur sa rentabilité, et parfois, sur sa survie», a indiqué dans un communiqué le président Roch Bissonnette. 

À VOIR AUSSI...