/news/provincial
Navigation

Les libéraux réclament une commission parlementaire sur le 3e lien

L'opposition officielle veut questionner le directeur du bureau de projet

La porte-parole libérale pour la Capitale-Nationale, Marwah Rizqy
Photo d'archives, DIDIER DEBUSSCHERE La porte-parole libérale pour la Capitale-Nationale, Marwah Rizqy

Coup d'oeil sur cet article

Inquiète des coûts du projet et de l'ampleur du tunnelier nécessaire pour creuser le tunnel entre Québec et Lévis, l'opposition officielle demande que le directeur du bureau de projet du 3e lien soit convoqué en commission parlementaire.

• À lire aussi: Un tunnelier monstre pour creuser le 3e lien

• À lire aussi: Ce sera «assez complexe» prévient Régis Labeaume

• À lire aussi: [VIDÉO] 3e lien: un tunnel de 6 à 10 G$ d’ici 10 ans

Il y a quelques semaines, lors de l’étude des crédits budgétaires, le ministre des Transports François Bonnardel a refusé net de permettre aux libéraux de questionner le grand patron du bureau de projet Frédéric Pellerin. 

Le projet n’étant pas encore dévoilé en raison de la situation sanitaire qui prévalait à ce moment, le ministre avait une fois de plus appelé à la patience. 

La grande annonce ayant eu lieu lundi, la porte-parole de l’opposition officielle pour la Capitale-Nationale, Marwah Rizqy, revient à la charge. 

On pourrait imaginer une formule comparable à celle qui a permis aux partis d’opposition de questionner, l’année dernière, le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda, concernant la crise sanitaire.

Un «mastodonte»

«Qu'est-ce qu'ils ont à cacher», s’interroge Mme Rizqy. L’élue libérale estime que la demande du PLQ est d’autant plus justifiée maintenant que l’on sait que la construction du 3e lien implique la fabrication du plus gros tunnelier au monde. 

Comme rapporté par Le Journal, mercredi, le diamètre du monotube projeté par la CAQ sera de 19,4 mètres, alors que le plus gros tunnelier conçu jusqu’à présent en mesure 17,6. 

«Ce que je trouve un peu capotant, c'est qu'on va avoir un mastodonte, le plus gros au monde, basé sur quoi? L'intuition du premier ministre», s’inquiète-t-elle. 

«Je veux savoir sur quelle base scientifique ils veulent aller de l'avant avec quelque chose d'aussi imposant et d'aussi coûteux», insiste la députée de Saint-Laurent. 

Selon la députée de Québec solidaire Catherine Dorion, la taille du tunnelier qui sera requis illustre «toute la folie» que représente la vision caquiste. 

«Ça donne une image de projet mégalomaniaque», a commenté celle qui milite contre un troisième lien autoroutier. 

«On n’a pas fini d’en apprendre», a réagi pour sa part le député péquiste Sylvain Gaudreault, qui considère qu’il y encore beaucoup de «zones d’ombre» avec ce projet. 

«[Contrairement au tramway] le 3e lien, c’est bar ouvert. [...] Tout ça au fond pour un projet d'autoroute, d'augmentation de l'étalement urbain, qu’on essaie de maquiller en le noyant avec des voies réservées», déplore le député de Jonquière.