/sports/opinion/columnists
Navigation

Une dizaine importante pour les Blue Jays

BBA-BBN-BBO-SPO-PHILADELPHIA-PHILLIES-V-TORONTO-BLUE-JAYS
Photo AFP Marcus Semien célèbre après avoir frappé un circuit lors d’un match contre les Phillies de Philadelphie récemment à Dunedin, en Floride.

Coup d'oeil sur cet article

Vous me direz peut-être qu’il est trop tôt, après seulement un quart de la saison, de qualifier les 10 prochains matchs des Blue Jays de cruciaux... Pourtant...

Après la visite des Phillies de Philadelphie, la troupe de Charlie Montoyo va disputer trois matchs contre les Red Sox de Boston, quatre contre les Rays de Tampa Bay et trois contre les Yankees de New York. Les sept premiers seront disputés à Dunedin et les trois suivants au Yankee Stadium.

Après le départ des Phillies, les Jays affichaient un dossier de 22-17 à un match et demi des Red Sox.

Les Jays ne peuvent se permettre un creux de vague.

Les Red Sox ont le vent dans les voiles tandis que les Rays, champions de l’Est l’an dernier, en arrachent. Les Yankees, eux, ont retrouvé leur élan, et ce, malgré la baisse de régime de plusieurs de leurs cogneurs.

Quelle est la clé pour les Jays ?

En l’absence de George Springer, il faudra que Marcus Semien continue de donner le ton au sommet de la formation et que Vladimir Guerrero jr et Bo Bichette ne ralentissent pas la cadence. Dans le cas de Cavan Biggio, un regain d’énergie serait le bienvenu. Le plus important ? Que les releveurs continuent leur remarquable travail !

Fiche impressionnante

Plusieurs observateurs doutaient du sérieux de Guerrero jr lorsque ce dernier a annoncé, au cours de l’hiver, qu’il allait se soumettre à une sérieuse diète afin de réduire son poids.

Et lorsqu’on a annoncé qu’il avait perdu une quarantaine de livres, plusieurs étaient sceptiques. Mais les sceptiques ont été confondus !!!

Alors qu’on vient de franchir le quart de la saison, le jeune Vlad se trouve aux premiers échelons de plusieurs statistiques fort intéressantes. Il est deuxième au chapitre de la moyenne offensive ajoutée à la moyenne de puissance, avec un rendement de ,436 dans la Ligue américaine.

Il est quatrième pour le plus grand nombre de buts sur balles avec 27.

Sur un pied d’égalité au cinquième rang pour les circuits avec 11. Au septième rang pour la moyenne de puissance avec un rendement de ,579. Sur un pied d’égalité en septième place pour les points produits avec 30. Au 12e rang pour la moyenne offensive à ,319.

Par ailleurs, soulignons que les Blue Jays ont amélioré leur performance en défensive, disputant huit matchs de suite sans commettre une seule erreur alors qu’ils avaient été responsables de 15 bévues au cours de leurs 20 premiers matchs. Ils n’en ont commis que cinq lors de leurs 18 dernières parties.

Un calendrier exigeant

Les Blue Jays, l’équipe nomade du baseball majeur, n’ont pas eu la vie facile depuis le début de la saison et le retour souhaité au Rogers Center n’est pas pour demain.

Ils auront passé les deux premiers mois du calendrier à leur camp d’entraînement de Dunedin et à compter du 1er juin, ils vont réintégrer le domicile des Bisons de Buffalo, le Sahlen Field, où ils ont connu passablement de succès l’an dernier, avec un dossier de 17-9.

Faut-il préciser que les joueurs se sentent comme à l’étranger et souvent sont privés de leurs familles ?

De plus, c’est un secret de Polichinelle que les Orioles de Baltimore représentent l’équipe la plus faible de cette section.

Donc, les Jays ne les ont pas encore affrontés depuis le début de la saison et les rencontreront pour la première fois seulement le 18 juin.

Pendant ce temps, les Yankees, eux les auront affrontés dans 10 matchs tout comme les Red Sox tandis que les Rays de Tampa Bay devraient les rencontrer six fois d’ici cette date.

C’est pourquoi il est si important que les Blue Jays ne connaissent pas un ralentissement majeur d’ici là.

En l’absence de Springer, il faut souligner l’apport de Marcus Semien qui accomplit un boulot du tonnerre comme premier frappeur de la formation. À l’issue de la série contre les Phillies de Philadelphie, le vétéran joueur d’avant-champ affichait un rendement d’un coup sûr dans 14 de ses 15 derniers matchs avec au moins un coup sûr.

Outre le regain de vie souhaité pour Cavan Biggio, il faudrait aussi que Lourdes Gurriel jr retrouve son bon œil au bâton et que Danny Jensen trouve le moyen de contribuer davantage en attaque. Son adjoint, Resse McGuire, est sur la formation pour la simple raison qu’Alejandro Kirk, le jeune receveur, est sur la liste des blessés pour 60 jours.

Du renfort serait souhaitable au poste de receveur. 

Bieber et ses records

Lorsque Shane Bieber a retiré 13 frappeurs des Reds de Cincinnati à son quatrième départ de la campagne 2021, il est devenu le premier lanceur de l’histoire à amorcer une saison avec au moins 10 retraits au bâton à ses quatre premières sorties. Ce faisant, il a aussi égalé la marque de Nolan Ryan avec un total de 48 victimes au bâton lors de ses quatre premiers départs de la campagne. De plus, Bieber revendique au moins huit retraits au bâton dans une séquence de 18 présences au monticule comme partant, une de plus que l’ancien record des majeures qui appartenait à Randy Johnson.

Walker imite Gwynn

Le Canadien Larry Walker a toujours eu la réputation d’être un excellent frappeur. Il est d’ailleurs le seul cogneur de la Ligue nationale à afficher un rendement offensif d’au moins ,350 en quatre occasions depuis que Tony Gwynn avait réussi un tel exploit. En 1997, Walker avait dominé les majeures avec une moyenne de ,366. En 1998, il a frappé pour ,363 puis ,379 en 1999 et ,350 en 2001 ! Et en 1999, c’est Chipper Jones qui avait mérité le trophée du Joueur le plus utile à son équipe alors que Walker avait terminé au 10e rang dans ce scrutin. Allez y comprendre quelque chose...

Ichiro Suzuki toujours ignoré

Le meilleur frappeur japonais à émigrer aux États-Unis, Ichiro Suzuki, a rapidement fait sa marque en obtenant au moins 200 coups sûrs dans chacune de ses 10 premières saisons dans les majeures. De plus, il a mérité un Gant d’Or dans chacune de ces 10 saisons ! Au cours de sa carrière de 19 saisons dans les majeures, Ichiro compte un total de 3089 coups sûrs ! Ce que plusieurs ignorent, c’est qu’il est sur un pied d’égalité avec nul autre que Ty Cobb au chapitre des circuits avec 117. Que faut-il de plus pour avoir sa niche au Temple de la Renommée de Cooperstown ?