/finance/opinion/columnists
Navigation

Le prix du bois pourrait très bientôt s’effondrer

Coup d'oeil sur cet article

Bonne nouvelle pour les constructeurs et les rénovateurs : vos projets risquent de vous coûter pas mal moins cher d’ici trois à six mois ! La patience pourrait vous faire économiser gros, car la frénésie tire à sa fin. 

• À lire aussi: Les États-Unis envisagent de doubler le tarif du bois d’œuvre canadien

• À lire aussi: Non à 50 000$ de coûts additionnels

Les records de prix s’enchaînent depuis l’été dernier. La semaine dernière, le prix du 2 x 4 en épinette a encore augmenté de 5 %. Il coûtait 2,89 $ avant la pandémie ; Réno-Dépôt le vend maintenant 9,29 $. Il s’agit d’une augmentation de 221 %. 

Plusieurs analystes s’attendent désormais à une baisse brutale des prix. Comme le café, les céréales ou les métaux, le bois d’œuvre se transige sur le marché à terme. Entre le 7 et le 18 mai, le prix du bois a baissé de 25 %. 

Mais attention ! Vous ne constaterez pas cette baisse en magasin ce week-end. 

« Il faut habituellement entre trois à six mois avant que le prix des contrats à terme se répercute sur le prix payé par les consommateurs », m’a expliqué Simon Brière, stratège de marché chez R.J. O’Brien. 

Simon Brière anticipe une baisse de 30 % des prix d’ici 2022. 

« Avec la courbe des prix du marché, je suggère de repousser les projets de rénovation et de construction, si possible ».

Prévisions

Plusieurs prévisionnistes partagent l’avis de M. Brière. BMO Marchés des capitaux a mis à jour ses prévisions de référence pour le bois d’épinette, de pin et de sapin de l’Ouest. La banque entrevoit une baisse de prix au second semestre.   

  • Écoutez la chronique de Pierre-Olivier Zappa sur QUB Radio:  

« Les problèmes d’abordabilité pourraient s’intensifier si les taux hypothécaires augmentaient », peut-on lire dans une note publiée cette semaine. « Les portefeuilles des ménages ne sont pas illimités, et à un moment donné, la demande pourrait diminuer en raison d’une réticence à débourser davantage pour le même colombage et le même revêtement. »

La capacité de payer des clients a en effet des limites ! La flambée des prix du bois d’œuvre ajoute maintenant au coût de construction d’une nouvelle maison environ 30 000 $ au Canada, selon l’Association canadienne des constructeurs d’habitations, et jusqu’à 43 000 $ chez nos voisins américains. 

D’ici sept mois, la BMO s’attend à une correction « violente » des prix, avec une baisse de plus de 61,8 % par rapport à cette semaine. Lorsque le marché du bois se corrige, il peut le faire rapidement. 

Pour vous donner un exemple récent : au printemps 2018, le prix du bois avait atteint un record au mois d’avril, et cinq mois plus tard, le prix chutait de moitié. La patience aura été payante.

Investisseurs

Plusieurs actionnaires ont réalisé des gains stratosphériques au cours de la dernière année. Le titre du plus gros transformateur de bois au Québec, Produit forestier Résolu, a grimpé de près de 600 %. Si vous avez acheté pour 1000 $ d’actions en mai 2020, elles valent aujourd’hui autour de 7000 $.

Un des vice-présidents de Résolu, Jacques P. Vachon, a d’ailleurs liquidé pour plus de 1 million $ US d’actions depuis le début de l’année, selon les données de la Securities and Exchange Commission, le gendarme boursier américain. 

Oubliez la cryptomonnaie et les technologies, le bois a fourni des rendements pas mal plus alléchants ! Souvent, quand des initiés se débarrassent d’une partie de leurs actions, qu’elles aient été acquises ou non par levées d’options, c’est qu’ils croient que le cours de l’action a atteint un certain niveau de plafonnement. La fête tire peut-être à sa fin...


♦ Pierre-Olivier Zappa anime chaque jour de la semaine l’émission À vos Affaires, sur LCN dès 18 h 30.