/weekend
Navigation

Roman noir à l’ère du Québec Love

Marie-Éve Bourassa
Photo Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir séduit des milliers de lecteurs avec la trilogie à succès Red Light, l’écrivaine Marie-Eve Bourassa propose une incursion dans les bas-fonds de Montréal, dans les années de la révolution hippie, dans Tout écartillées. Dans ce roman jouissif, rempli de clins d’œil à l’ambiance, à la langue et à la musique de l’époque, le détective privé Georges Kirouac, aussi désespérant qu’irrésistible, devra faire la lumière sur une mystérieuse affaire.  

Georges Kirouac n’est pas super à l’aise dans le Montréal des années 1970, en pleine révolution hippie. Le détective privé assez paumé se retrouve plongé dans une affaire glauque dans laquelle sa progéniture, Marie-Baby, est mêlée. Il enquêtera sur fond de musique, de politique, de bar topless et de films de fesses.

Marie-Eve Bourassa, écrivaine à la voix punchée, originale, audacieuse, s’est lâchée lousse dans cette histoire se déroulant dans ces années qu’elle n’a pas connues. « C’est un autre ton que Red Light. Quand j’ai fait la trilogie Red Light, c’était un défi à chaque tome de ne pas me répéter parce que c’était les mêmes personnages. J’avais peur de retomber dans mes pantoufles et j’ai trouvé ça assez difficile. »

Quand elle a attaqué ce nouveau roman, elle avait envie d’avoir du fun. « Je voulais m’éclater. Je voulais faire quelque chose de plus léger et plus drôle... et je me suis prise à mon propre jeu. J’ai commencé à faire de la recherche et ce qui devait être un roman court est devenu quelque chose de beaucoup plus volumineux. Je crois que le ton reste encore drôle, mais c’est quand même du roman noir. »

On est dans les bas-fonds de Montréal, avec une faune colorée, déjantée, burlesque. « Ça reste dans mes thématiques préférées. J’aime beaucoup parler des gens de qui on ne parle pas souvent : ce ne sont pas des héros, au contraire. Mes poqués, je les aime comme ça, avec leurs défauts. Le défi que je me donne, c’est de présenter des personnages qui, à première vue, ne sont pas tellement aimables, mais réussir à les faire aimer. »

<strong><em>Tout écartillées</em></strong><br>Marie-Ève Bourassa<br>VLB Éditeur<br>376 pages
Photo courtoisie
Tout écartillées
Marie-Ève Bourassa
VLB Éditeur
376 pages

Elle voulait que ses personnages sonnent vrai. « Tout écartillées, c’est une enquête. Mais c’est entre autres une histoire d’amitié. J’aime ces histoires d’amitié qui ne sont pas simples. Je voulais présenter un “vieux couple” de vieux chialeux : quand ils sont ensemble, ils se tapent sur les nerfs, mais quand ils sont séparés, il leur manque quelque chose ! »

Montréal en 1976

Née en 1981, l’écrivaine n’a pas connu les années qu’elle décrit. « En écrivant sur l’année 1976, c’était une façon de plonger dans une époque où le patriotisme était beaucoup plus présent un peu partout. J’avais envie d’aller là parce qu’en ce moment, on est un peu dans une période de désillusion, notamment par rapport à la politique. Ça me permettait de parler du FLQ – ce qu’il restait de ça et la blessure qu’Octobre avait causée et ce qui en restait. »

Elle fait remarquer que c’est toute l’époque d’après l’Expo. « Les Olympiques viennent de finir et on sait maintenant que le Parti québécois va être élu bientôt... Il y avait une espèce d’effervescence et j’avais envie d’aller vivre là pendant un petit bout de temps. Je trouvais que ça faisait un beau décor pour un livre. C’était riche. »

Les références politiques, historiques et culturelles sont nombreuses et très intéressantes. « Cette époque, je ne l’ai pas vécue donc j’ai fait beaucoup de lectures. J’ai écouté beaucoup de films. C’est une époque qui me passionne depuis longtemps et quand j’étais ado, je capotais sur les années 1970. Montréal devient un personnage, avec un relent de Québec Love, en allant puiser dans la culture populaire. » 

Extrait 

« Il ne l’aurait probablement jamais avoué, mais il avait hâte de prouver sa valeur à la belle Roxy. Il s’entendait déjà lui lancer : “Je l’ai trouvé, ton crotté !” Certes, il avait claqué de l’argent qu’il devait à d’autres. Passé proche de se faire tabasser. Mais Georges Kirouac, détective privé, était un homme sur qui on pouvait compter. En aspirant la première bouffée de marijuana, il vit même le visage de la barmaid s’illuminer : “Georges ! Mon sauveur !” Elle trouverait bien une façon de le remercier... » 


  • Marie-Eve Bourassa est romancière et scénariste. 
  • Elle est l’auteure de la trilogie à succès Red Light. 
  • Elle publie également ce printemps Parasites, un roman pour ados, aux Éditions de la Bagnole. 
  • Elle travaille sur une série télé qui va paraître en septembre.