/misc
Navigation

Le beach party!

Coup d'oeil sur cet article

Les musclés, tatoués, bronzés, ayant récemment achevé leur période d’hibernation, sont sortis de leur tanière pour se ruer sur la plage d’Oka.

Dès qu’ils ont cru entendre le « Go » du premier ministre, ces adeptes du beach party se sont empressés d’ouvrir les festivités du déconfinement.

Pourquoi attendre au 28 mai ?

Ce n’est que dans quelques jours après tout, quelle différence ça peut bien faire ?

C’est juillet en mai, il fait chaud, alors on se met chaud sur le bord de l’eau. 

Au fait, il n’y a pas que sur les plages que le party est pogné, dans les parcs et autres espaces publics aussi.

Masque et distanciation physique ? Achalez-nous pas avec ça, on est à l’extérieur.

Déconfinement « progressif » 

On a du mal avec le mot progressif. Si monsieur Legault et ses acolytes ont décidé de procéder au déconfinement par étapes, c’est pour éviter qu’on se précipite partout et tous en même temps comme des chiens fous.  

La pandémie n’est pas terminée

Les variants ne sont pas disparus comme par enchantement. La planète entière n’est pas vaccinée et nous ne vivons pas sous un dôme.

Remarquez, nous ne sommes pas pires que les autres. 

En France, cette semaine, la police a dû intervenir pour faire évacuer les terrasses. 

Les gens ne décollaient plus, faisant fi du couvre-feu qui leur est encore imposé.

Une 4e vague ? Non merci

Ici comme en Europe, dans leur plan de déconfinement, les dirigeants font confiance à l’intelligence et au bon sens de la population. 

Si c’est flatteur pour les citoyens, ça n’en est pas moins naïf de leur part. 

Face à l’autorité, on a tous une petite tendance à faire à notre tête.

Nos comportements seront décisifs dans les semaines à venir.

Notre bonne volonté sera mise à l’épreuve et notre patience aussi. On est tous plus que tannés, alors qui a envie de revenir à la case départ ?