/news/politics
Navigation

Beaucoup de nouveaux maires

Quatre des cinq plus grandes municipalités du Québec éliront un nouveau dirigeant à leur tête

Coup d'oeil sur cet article

De grandes villes du Québec auront assurément un nouvel élu à leur tête aux prochaines élections municipales, apportant ainsi un vent de fraîcheur sain pour la démocratie, selon des experts.

« Sans faire de jugement critique sur ce qu’ils ont fait, c’est sain pour une démocratie de céder sa place. Ça amène une nouvelle énergie, des idées différentes. Ce n’est pas dans notre culture ici, mais aux États-Unis, c’est souvent deux mandats et tu cèdes ton siège », commente Pierre Delorme, professeur associé en études urbaines à l’Université du Québec à Montréal.

Le 6 mai dernier, Régis Labeaume a annoncé qu’il ne briguerait pas un mandat à la prochaine élection, après avoir siégé pendant 14 ans à la mairie de la capitale.

Dans les semaines précédentes, il avait été devancé par la mairesse de Longueuil, Sylvie Parent, ainsi que les maires de Laval et Gatineau, Marc Demers et Maxime Pedneaud-Jobin. C’est donc dire que quatre des cinq plus grandes villes du Québec changeront de maire assurément.

De plus, deux mairesses qui ont du poids au sein de la Communauté urbaine de Montréal, Suzanne Roy, de Sainte-Julie, et Chantal Deschamps, de Repentigny, ont aussi annoncé leur départ après respectivement 16 et 24 ans à la tête de leur ville.

  • Écoutez la chronique de Caroline St-Hilaire à l’émission de Pierre Nantel sur QUB radio:

Changement prévisible

L’experte en gestion municipale et professeure à l’UQAM, Danièle Pilette, sent ce renouveau.

« C’est un vrai vent de changement qui était prévisible. Dans les dernières années, les enjeux de la politique municipale ont évolué et ce ne sont pas tous les maires qui sont en mesure de s’adapter », dit-elle.

M. Delorme et Mme Roy, qui préside l’Union des municipalités du Québec, abondent dans le même sens et ajoutent que le changement passera aussi par un rajeunissement des candidats et une plus grande place aux femmes.

« Ce ne sont plus des enjeux de déneigement, de réfection de rues et de ramassage des poubelles. Le transport collectif et l’environnement prennent beaucoup de place. Par exemple, Labeaume, qui n’était pas friand du transport en commun à ses débuts, a dit qu’un de ses legs à Québec sera le projet de tramway », soutient-- M. Delorme.

Des femmes et des jeunes

« L’évolution des enjeux est probablement une des raisons qui incitent des femmes et des jeunes à se présenter à la mairie. Ils ont l’impression de pouvoir faire une différence dans leur milieu de vie », croit Mme Roy, ajoutant que les campagnes de promotion de l’UMQ ont probablement aidé aussi.

Déjà, la députée de 29 ans Catherine Fournier a annoncé qu’elle briguera la mairie de Longueuil. Même chose pour les conseillers Vincent Boutin, 36 ans, et Évelyne Beaudin, 32 ans, à Sherbrooke.   

DES MAIRES PARTENT EN NOVEMBRE  

QUÉBEC

Photo d'archives, Stevens LeBlanc

Régis Labeaume  

  • Aura siégé 14 ans  
  • Population : 549 937   

LAVAL

Photo d'archives, Ben Pelosse

Marc Demers  

  • Aura siégé 8 ans  
  • Population : 441 929   

GATINEAU

Photo d'archives

Maxime Pedneaud-Jobin  

  • Aura siégé 8 ans  
  • Population : 290 283   

LONGUEUIL

Photo d'archives, Martin Alarie

Sylvie Parent  

  • Aura siégé 4 ans  
  • Population : 252 226   

SAINTE-JULIE

Photo d'archives

Suzanne Roy  

  • Aura siégé 16 ans  
  • Population : 30 391   

REPENTIGNY

Photo d'archives

Chantal Deschamps  

  • Aura siégé 24 ans  
  • Population : 86 419   

À VOIR AUSSI