/finance/business
Navigation

Malgré la pandémie, le Vignoble Carpinteri poursuit sur sa lancée

Coup d'oeil sur cet article

La pandémie est loin de ralentir les efforts de développement du Vignoble Carpinteri, à Saint-Ulric-de-Matane, dans la région du Bas-Saint-Laurent.

Les projets y sont même nombreux. Un montant de 1,2 million $ a été investi dans l'agrandissement des installations, la diversification des produits et l'augmentation de la production de vins et de spiritueux.

En 2021, le vignoble vise la production 85 000 bouteilles. Pour ce faire, son propriétaire, Tony Carpinteri, a entrepris la construction de deux nouvelles serres, portant le total à 15.

Les cépages en serres sont le chardonnay, le pinot grigio, le gewurztraminer, le riesling, le merlot, le sangiovese, le pinot noir, le cabernet-sauvignon et le cabernet franc.

En entrevue avec TVA Nouvelles, lundi, M. Carpinteri a expliqué que comme il s'agit de cépages qui ne résistent pas au climat québécois, il fallait recréer des conditions similaires à celles que l'on retrouve notamment en Europe, donc à l'intérieur d'immenses serres à température contrôlée.

Le propriétaire estime que faire du vin est facile, mais que faire du bon vin, c'est plus difficile.

Le vignoble veut aussi diversifier sa gamme de produits cette année avec l’arrivée d’un nouveau spiritueux, «La crème gaspésienne», qui s'apparente ni plus ni moins au Bailey's.

Les travaux d'agrandissement de la cuverie, de la distillerie et du site d'embouteillage seront d'ailleurs bientôt terminés. À elle seule, la construction de la nouvelle cuverie représente entre 70 et 75% du projet.

Depuis l'achat des terres en 2004, Tony Carpinteri a investi près de 10 millions $ entièrement de sa propre poche, sans aucune aide gouvernementale.

Aujourd'hui avec en moyenne 60 000 visiteurs par saison avant la pandémie, le Vignoble Carpinteri est devenu l'une des plus importantes attractions de la région touristique de la Gaspésie.

Le député de Matane-Matapédia considère qu’il s’agit d’une véritable réussite entrepreneuriale. Pascal Bérubé, raconte que le succès de Tony Carpinteri est plutôt fascinant.

Arrivé de Sicile, il s’est établi à Matane, puis parti en affaires, il a fait prospérer la région avant de se lancer comme projet de retraite le défi invraisemblable d’implanter un vignoble à Saint-Ulric.

Force est d’admettre qu’il a déjoué tous les pronostics.

Pascal Bérubé croit que les entrepreneurs comme lui devraient obtenir plus de latitude afin de continuer de développer d’autres projets innovateurs, stimulants pour l’économie régionale et de continuer de nous étonner.

En serre, la récolte s'annonce abondante, les vignes devraient produire près du double de raisins que l'an dernier.

Le vignoble s'attend un été chaud et sec, ce qui sera profitable pour les cépages baltica, marquette et sainte-croix qui poussent sur les vignes extérieures.