/news/green
Navigation

Les plaisanciers victimes du temps sec

Wapizagonke Lake
Photo stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Au grand désarroi des plaisanciers de la Mauricie, l’hiver sec et les précipitations printanières en baisse de 50 à 75% par rapport à la normale font que les cours d’eau sont presque à sec cette année.

La plupart des embarcations sont coincées à quai. Il n'en fallait pas plus pour que les berges affichent un air de fin d'été, tandis que le mois de mai n'est pas encore terminé. 

Pour Martine Babin, une nouvelle retraitée de Louiseville, les plans de relaxation sur le ponton devront être revus, a-t-elle affirmé à TVA Nouvelles, mardi. 

Sur la rive d'en face, Jimmy Brunelle raconte être resté coincé il y a quelques jours, à l'embouchure de la rivière du Loup et du lac Saint-Pierre. «Il a fallu lever le bateau à bras», a-t-il relaté. 

La croisée des deux cours d'eau est particulièrement problématique pour la navigation, puisqu'un haut fond empêche les embarcations de circuler d'un plan d'eau à l'autre. 

Le maire de Louiseville, Yvon Deshaies, a raconté que la Ville avait creusé dans le cours d'eau il y a une vingtaine d'années, afin de faciliter la navigation. 

«On peut creuser encore, mais quand on a affaire avec [le ministère de] la Faune et [de] l'Environnement, c'est un projet qui est quand même long et audacieux, mais on va le faire, on va travailler pour ça», a-t-il promis. 

Pour Rémy Leduc, un plaisancier du coin, cela reste à voir. «On en a pour des années», a-t-il laissé tomber. 

À la marina de Louiseville, la saison est bien mal partie. «On a une clientèle qui est fidèle, qui vient à la pêche tous les étés... Ces gens-là, pour la plupart, ont annulé», s'est désolé le propriétaire de l'endroit, Jean-Claude Dupuis. 

Les plaisanciers devront s'armer de patience, Environnement Canada prévoit encore du temps sec pour les deux prochaines semaines.