/news/society
Navigation

Réforme de la loi 101: une occasion ratée, selon Pierre Curzi

curzi
Photo Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

«Le projet de loi 96 ne va pas assez loin», indique l’ex-politicien et acteur Pierre Curzi. Selon lui, le gouvernement n’offre pas d’incitatifs qui encouragent les immigrants à se franciser.

• À lire aussi: Loi 96: Trudeau tient tête aux critiques

• À lire aussi: Réforme de la loi 101: une majorité de Québécois approuvent le plan du gouvernement Legault

• À lire aussi: Une loi pour la survie du français

«Pour que l’immigration soit un facteur positif, il faudrait que 90% des gens qui entrent au Québec s’intègrent à la langue française et à la culture francophone, affirme l’ex-porte-parole en matière de langue du Parti québécois. Ce n'est pas du tout le cas. Moins de la moitié s’intègre.»

Il craint que la langue commune de Montréal ne devienne l’anglais d’ici 10 ans.

«Quand tu fréquentes un cégep en anglais, tu t’anglicises au niveau culturel. Tu ne perds pas ton français, sauf que tu deviens de plus en plus bilingue, mais tu tombes du côté de la culture anglophone. Ça, c’est majeur», mentionne Pierre Curzi, en entrevue à QUB radio.

Écoutez l’entrevue de Pierre Curzi au micro de Sophie Durocher, à QUB radio: