/misc
Navigation

Un homme et son tunnel

Coup d'oeil sur cet article

François Bonnardel se retrouve aux commandes d’un 3e lien qui, à moins d’être dépassé d’ici là, fracassera le record mondial de l’ouvrage le plus large construit avec tunnelier.

• À lire aussi: Pas question de reculer sur le 3e lien, assure Bonnardel

En 2008, l’administration de Saint-Pétersbourg, en Russie, a enclenché un projet de tunnel sous la Neva d’un diamètre de 19 mètres, comme celui de Québec, à deux paliers superposés, comprenant six voies au total. 

Mais les coûts ayant explosé (de 47 à 70 milliards de roubles – 1,1 milliard $ CA – pour un tunnel de 1 km), il a été abandonné par un nouveau gouverneur en 2011.

Jamais un lien sous-fluvial n’a été réalisé avec un tunnelier aussi large jusqu’ici.

  • Écoutez la chronique politique de Rémi Nadeau, chef du Bureau parlementaire à Québec, sur QUB radio:

Défi de construction

Pourtant le gouvernement mise sur ce choix, après avoir évalué les coûts/bénéfices d’autres scénarios.

Quels étaient les écarts avec les autres modèles de tunnel possibles ? Le ministre refuse de donner plus de détails en entrevue. 

« Il y a 12 à 18 mois de travail pour préparer le tunnelier et l’amener. Il sera construit et aménagé au Québec lorsqu’il sera terminé », dit-il, ajoutant qu’il est trop tôt pour savoir s’il pourra être fabriqué en Amérique du Nord.

Idées de grandeur

Dès son élection, François Legault avait montré une propension aux idées de grandeur, en affirmant qu’il voulait profiter du 3e lien, alors imaginé plus à l’est, pour enfouir les lignes électriques de 735 000 volts de l’île d’Orléans, un exploit jamais réalisé par Hydro-Québec.

Pendant les longs mois qui ont précédé le dévoilement de son tunnel intégré au réseau de transport structurant de Québec, lundi dernier, le ministre dit avoir été « constamment challengé » par ses collègues élus. 

Ils avaient tous leurs demandes et leur vision pour réduire au maximum la durée des trajets de transport vers leur secteur.

La pression sur lui sera maintenant décuplée car les questions demeurent nombreuses, notamment à l’égard de l’impact des sorties du tunnel prévues au nord sur la circulation et l’environnement des quartiers touchés.

À VOIR AUSSI