/news/provincial
Navigation

La ministre Geneviève Guilbault attaquée de toutes parts sur le projet de troisième lien

Coup d'oeil sur cet article

La vice-première ministre Geneviève Guilbault estime que la raison pour laquelle les partis d’opposition sont contre le projet de troisième lien dévoilé la semaine dernière est qu'ils n'ont que peu ou pas d’élus sur le territoire de Québec et de Lévis.

«Je veux dire, à quel point ils sont représentés dans ces régions-là, la question se pose. Ça explique peut-être en partie leur désintérêt pour la chose», a lancé Mme Guilbault lors d’une mêlée de presse avant de se rendre au Salon bleu. 

À voir la congestion routière entre la Rive-Sud et la Rive-Nord, la ministre responsable de la Capitale-Nationale ne comprend pas comment on peut «être contre des beaux gros projets de transport» comme le tunnel Québec-Lévis. 

L’affaire n’a pas tardé à rebondir à la période des questions. 

«Le chat est sorti du sac»

Le porte-parole libéral en matière de transports, Enrico Ciccone, a reproché au gouvernement caquiste de se «péter les bretelles» en promettant le début des travaux «du plus gros tunnel au monde», alors que le ministère de l’Environnement n’a pas encore l’ombre d’une étude environnementale sur ce projet. 

Sa collègue Isabelle Melançon en a rajouté en accusant le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, d’avoir «zéro leadership» dans ce dossier. 

La vice-première ministre a répliqué en accusant les libéraux d’avoir «toujours prétendu être pour» le projet de troisième lien «tout en ne faisant rien pour que ça avance». 

«Là, aujourd'hui, au moins, le chat est sorti du sac: ils sont officiellement contre un troisième lien», a dit Mme Guilbault.

Elle a rappelé que, sous le précédent gouvernement, plusieurs ministres libéraux avaient avoué qu’ils ignoraient l’existence de plusieurs études sur le projet avant d’en commander une nouvelle. 

La vice-première ministre s’est plus tard moquée du libéral André Fortin, qui avait évoqué la possibilité de l’Hyperloop à l’époque où Philippe Couillard rêvait d’un monorail entre Québec et Montréal. 

Des idées «pouiches», dit QS

Les deux élus de Québec solidaire de la région de Québec, Sol Zanetti et Catherine Dorion, ont livré une autre charge à fond de train contre le troisième lien. 

«Ils achètent quelques votes avec un projet catastrophique», a dénoncé M. Zanetti. «Gros tunnel, petite vision», a résumé le député de Jean-Lesage. 

Sa collègue de Taschereau a tenté, mais sans succès, de savoir quand Mme Guilbault avait pris l’autobus pour la dernière fois. 

«Elle ne connaît pas ça, le transport en commun à Québec, la ministre de la Capitale-Nationale! Ça explique peut-être pourquoi les idées de la CAQ en transport à Québec sont aussi “pouiches”», a conclu Mme Dorion.

Intérêt électoral

«Le projet de tunnel, plus on creuse le dossier, plus on constate qu'il n'a ni fondement ni justification. [...] C'est la folie des grandeurs», a pesté de son côté le critique péquiste en matière de transports, Joël Arseneau. 

«Hier, le premier ministre a eu énormément de difficulté à démontrer son utilité. Sa principale justification pour son projet de 10 milliards de dollars, c'est son intérêt électoral dans 10 comtés de la région de Québec», a déploré le député des Îles-de-la-Madeleine. 

Contrairement à ce que laissent entendre les opposants au projet de tunnel, Mme Guilbault a fait valoir que plusieurs études justifiant sa pertinence avaient été réalisées depuis 40 ans

«Des études, il y en a eu autant comme autant», a-t-elle soutenu, avant de citer l’une d’elles, qui date de 1999. 

«Le lien sous-fluvial doit être regardé sous l'optique d'un projet structurant insufflant une nouvelle dynamique à la région de Québec. Il est donc temps d'agir afin de ne pas se retrouver à la remorque des événements», indiquait ce rapport produit par la firme Tecsult. 

Ce qu’ils ont dit...

«Le Parti libéral dit aux gens de Québec : C'est trop gros pour vous autres, vous ne méritez pas ça. Nous, on fait le projet, [...] on corrige une erreur historique, on relie les deux centres-villes de Québec et de Lévis. C'est bon pour le transport collectif, c'est bon pour limiter l'étalement urbain.» – Geneviève Guilbault, vice-première ministre

«La semaine passée, le ministre des Transports se pétait les bretelles avec l'annonce du plus gros tunnel au monde. [...] Pire, on commence les travaux avant même qu'un embryon de BAPE prenne forme.» – Enrico Ciccone, député libéral de Marquette

«Après le plus gros tunnelier du monde, on aura peut-être le plus gros bouchon. Décidément, gros tunnel, petite vision. C'est quoi, le but de la CAQ, réduire la congestion ou acheter des votes?» – Sol Zanetti, député solidaire de Jean-Lesage

«C'est la folie des grandeurs. Hier, le premier ministre a eu énormément de difficulté à démontrer son utilité. Sa principale justification pour son projet de 10 milliards de dollars, c'est son intérêt électoral.» – Joël Arseneau, député péquiste des Îles-de-la-Madeleine

À voir aussi