/finance
Navigation

Les camps de vacances appellent Québec à l’aide

Pour un camp de vacances tout en santé
photo fotolia

Coup d'oeil sur cet article

La majorité des camps de vacances sont prêts à rouvrir leurs portes cet été, mais auront besoin d’être aidés pour y parvenir. 

Actuellement, 62 % des camps de vacances sont prêts à accueillir des campeurs, mais fonctionneraient à perte, d’après une étude menée auprès des gestionnaires des camps avec hébergement.

L’Association des camps du Québec (ACQ) doit ainsi rencontrer la ministre déléguée à l’Éducation, Isabelle Charest, jeudi, pour tenter d’obtenir un soutien financier de 6 millions $. Cette aide permettra aux camps de vacances de mettre en place les différentes mesures sanitaires et procéder à l’embauche du personnel nécessaire à leur fonctionnement.

«Cette aide gouvernementale est extrêmement importante. Rappelons que 90 % des camps qui fonctionneraient à perte cet été sont des OBNL qui n’ont qu’une seule mission : offrir aux jeunes de partout au Québec, un été sécuritaire, stimulant et à la hauteur de leurs attentes», a mentionné Éric Beauchemin, directeur général de l’ACQ.

Avec l’aide du gouvernement, ce sont 75 % des camps de vacances qui pourraient reprendre leurs activités cet été.

Les camps de jour québécois ont eux aussi demandé une aide financière au gouvernement de François Legault de 4 millions $. Ils en sont cependant toujours en attente.

L’Association des camps du Québec regroupe les camps de vacances, les camps de jour, les camps familiaux et les classes nature. Ces camps sont soumis au même protocole sanitaire que l’été dernier.

«Nous avons la ferme conviction que les camps certifiés font partie des solutions aux problèmes de santé mentale auxquels font face nos jeunes et au stress des familles. Mais pour réussir à accueillir le plus de participants possible dans nos camps cet été, nous avons besoin du soutien du gouvernement», a ajouté M. Beauchemin.

À VOIR AUSSI...