/opinion/faitesladifference
Navigation

Du 3e lien vers un grand projet

POL-MULCAIR-QUEBEC
JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Coup d'oeil sur cet article

Si on est le maire de Lévis et que l'on cherche à développer l'est de sa ville ou si on est séduit par le concept d'une ceinture routière régionale, un 3e lien, c'est parfait. Ceci dit, a-t-on pensé à tout?  

Démographie

La dernière édition de l'enquête origine-destination du ministère des Transports établissait un lien direct entre l'augmentation de la population et l'augmentation de la circulation; logique, n'est-ce pas? 

Les démographes de l'Institut de la Statistique du Québec nous disent qu'au cours de la période de 2016 à 2041, les régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches pourraient connaître des croissances respectives de 11,8% et de 5,2%1. En contrepartie, toutes les régions à l'est de nos 2 régions (rive nord et rive sud) verront une croissance négative durant la même période. 

Il y a un autre élément démographique dont nous devrions tenir compte, soit celui du vieillissement de la population. Le groupe des 20 à 64 ans, celui qui circule régulièrement, va diminuer considérablement, durant la même période, autant à l'est que pour nos deux régions même si la population augmentera. Donc, on parle, ici, d'une réduction de la population active en nombre absolu et donc de moins d'automobilistes. 

L'argument d'une augmentation des besoins en provenance de l'est ne tient pas la route à moins d'un étalement urbain massif en provenance de l'ouest. 

1 Perspectives démographiques du Québec et des régions, 2016-2066, Édition 2019, Institut de la Statistique du Québec. Pages 32-36.

Se projeter dans l'avenir

Considérons que le gouvernement du Québec souhaite investir un montant de 7 à 10 milliards supporté par le désir du gouvernement fédéral d'investir dans les transports collectifs. Ne pourrions-nous pas voir l'annonce du projet de tunnel non pas comme une fin en soi, mais comme le début d'une réflexion qui nous conduira vers un projet de transport répondant aux besoins de demain? 

Nous avons, présentement, une rare fenêtre d'opportunité de réévaluer les modes de déplacement et, par conséquent, l'occupation du territoire, car il faut aller plus loin que répondre à une demande, soit-elle anticipée. 

Ne serait-il pas le temps d'être audacieux, pour Lévis et pour le Québec? 

Il faut tracer une vision d'avenir où l'on remodèle nos déplacements pour qu'ils soient plus rapides et plus efficaces, que l'énergie utilisée soit propre et renouvelable, contribuant à terme à atteindre nos objectifs de réduction de gaz à effets de serre (GES) sans effort particulier pour les citoyens, tout cela à prix réduit par rapport au projet actuel, qui représente une dépense pouvant aller jusqu'à 1 G$ par kilomètre. 

Le monorail

Il y a une solution qui existe, du moins sur papier, et qui est beaucoup moins dispendieuse qu'un tunnel, moins cher que le tramway (174 M$ du kilomètre) soit 30 M$ du kilomètre, selon les dernières estimations. Il s'agit du monorail proposé par la coopérative MGV2

La preuve de concept requise préalablement ainsi que la construction d'un lien entre le cégep de Lévis, par exemple, et le point d'interconnexion avec le tramway à Sainte-Foy permettrait aux citoyens de Lévis de faire un fulgurant bond en termes de déplacements urbains. 

Le ministère de l'Économie et de l'Innovation et son ministre M. Pierre Fitzgibbon devraient examiner sérieusement cette option toute québécoise ainsi que le potentiel qui l'accompagne (développement économique, régional et touristique, contribution à l'atteinte des cibles de réduction de GES à moyen terme). 

Après tout, ne sommes-nous pas au XXIe siècle? 

2 L'auteur est membre de la coop MGV, mais les propos n'engagent que lui-même.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.