/sports/opinion/columnists
Navigation

Effort et fierté en transit

HKN-HKO-SPO-TORONTO-MAPLE-LEAFS-V-MONTREAL-CANADIENS---GAME-FOUR
Photo AFP Depuis le début de la série contre Jason Spezza et les Maple Leafs, le gardien Carey Price n’a rien à se reprocher.

Coup d'oeil sur cet article

Croyait-on vraiment que le scénario serait modifié ? Absolument pas.

Bon, d’accord. Il y a eu une petite lueur d’espoir, surtout après le premier match à Toronto. Mais, d’un autre côté, la réalité a rapidement remis les pendules à l’heure.

Que les Maple Leafs de Toronto s’apprêtent à participer à la finale de la division Nord, contre les Jets de Winnipeg, n’est pas surprenant. C’est tout simplement logique. Les Maple Leafs ne forment-ils pas une meilleure formation que le Canadien ?

Price solide

On s’attendait à ce que Carey Price fasse la différence. 

Il n’a absolument rien à se reprocher, rien ; bien au contraire, ce sont ses coéquipiers qui ont fait l’indifférence.

C’est triste et, pour une organisation qui végète depuis des années, de voir les patineurs montrer si peu de conviction, de ne rien faire pour répondre aux responsabilités attachées aux ententes lucratives, c’est un solide coup dans les flancs.

Les élans de générosité de la part des décideurs du Canadien risquent d’empêtrer l’organisation dans un bourbier de plus en plus profond. Ce qu’on observe depuis le début de cette série est préoccupant au plus haut point.

Que tu ne parviennes pas à compétitionner au même niveau que l’adversaire, c’est une chose, mais que tu plonges dans la médiocrité parce que l’effort au travail pourrait soulever un désintéressement chez les partisans, c’est ce qu’une organisation professionnelle redoute au plus haut point. 

Toujours est-il que, avec une égalité de 1 à 1 après les deux premiers matchs, les partisans pouvaient rêver. Pourquoi pas ? Le sport est rempli de surprises, de bouleversements.

Deux jours plus tard, c’est maintenant un retour dans le passé. Une équipe qui manque à son devoir. On s’attendait à une réplique sévère de la part du Canadien dans le cadre du quatrième match de la série.

On croyait que les patineurs seraient charriés par un sentiment d’urgence, ce sentiment qui habite les athlètes refusant de baisser les bras tant qu’il y a une petite lueur d’espoir.

Pas de répétition de 2010

Comme ce groupe qui, en 2010, avait comblé un écart de 1-3 face à une équipe, celle des Capitals de Washington et son joueur étoile Alexander Ovechkin, créant une énorme surprise.  

Parfois, dans les séries, la détermination, l’acharnement et le refus d’abdiquer devant l’adversité rapprochent une équipe moins talentueuse de son adversaire. Elle sème même l’inquiétude et, parfois, l’impensable se produit. Or, dans le quatrième match, mardi, le Canadien a atteint le fond du baril. Non seulement les Maple Leafs ont-ils connu un match sans faille, mais ils ont affronté une équipe désorganisée, une formation qui n’a pas offert le moindre effort pour se sortir d’impasse.

Pour le gardien Jack Campbell des Maple Leafs, ses statistiques renversantes lui attirent les éloges à Toronto, mais on sait très bien qu’il est possiblement le gardien le plus choyé parmi tous ses homologues depuis le début des séries.

Son adversaire ne l’embête pas du tout.

Que faire pour éviter l’élimination ce soir ?

Y a-t-il vraiment une solution ou des solutions ? La réponse appartient à ceux qui endossent le chandail.

Espérer qu’ils sont bien conscients des responsabilités qu’on leur a confiées en début de saison. Conscients qu’ils n’ont pas rempli les engagements proposés depuis un bon bout de temps. Pas seulement depuis jeudi dernier, quand ils ont surpris les Leafs, mais depuis le début de la mi-saison.

Je comprends qu’ils ont été appelés à composer avec un calendrier ridicule, mais les autres formations de la ligue ont aussi eu à travailler dans des conditions difficiles. Les blessures ? Certes, c’est un facteur, mais pas pour justifier des performances où l’on note un manque flagrant sur le plan de l’effort.

Et, dans l’analyse des événements, il y a un entraîneur qui est en train de rater son audition. Il y a un directeur général qui aura des comptes à rendre, notamment au sujet des changements importants chez les entraîneurs, de l’arrivée de quelques joueurs en renfort, des patineurs aux ressources limitées...  

Et, en plus, on a fait payer la note aux jeunes joueurs.

J’insistais, avant le début des séries, sur le fait qu’on aurait des réponses aux interrogations soulevées par les performances inquiétantes de la formation.  

Ça ne s’annonce pas tellement encourageant pour une entreprise qui a dépensé autant de millions de dollars pendant l’entre-saison.

Si, au moins, on dégageait une certaine fierté ! Certains diront qu’il n’est jamais trop tard. Mais les indices ne vont pas dans cette direction...

Un été chaud à l’horizon

Il faut s’attendre à un été chaud. Les météorologues de la Ligue nationale s’attendent à plusieurs changements avec la séance de l’expansion, le marché des joueurs autonomes sans compensation, le plafond salarial qui demeurera à 81,5 millions $, des joueurs qui n’ont pas répondu aux attentes et qui devraient changer de décor. Bref, quelques exemples :

  • Connor McDavid a agi en bon capitaine en soulignant après l’élimination des Oilers d’Edmonton, que l’équipe s’en allait dans la bonne direction. Mais, dans son for intérieur, il va sûrement suggérer aux décideurs de modifier leur philosophie de gestion. Élimination rapide face aux Blackhawks, l’été dernier, et des vacances hâtives ce printemps. Ryan Nugent-Hopkins qui exige un contrat similaire à Matt Duchene, ne sera probablement pas de retour.
  • À Calgary, les Flames devront prendre une décision dans le cas de Johnny Gaudreau. Depuis sa formidable saison d’il y a deux ans, il est un joueur qui n’exerce plus le même impact. Son départ est de plus en plus probable.
  • À la recherche d’un joueur de centre ? Jack Eichel retient l’attention. Et, malgré son contrat faramineux, plusieurs équipes cognent déjà à la porte des Sabres de Buffalo.  
  • Evgeni Malkin sera-t-il de retour à Pittsburgh ? Voilà un joueur de centre blessé chaque saison pour de courtes ou de longues périodes. Il peut encore aider une formation, mais encore faut-il qu’il évite l’infirmerie. Un dossier à suivre...