/opinion/columnists
Navigation

Legault teste les limites de son carré de sable

Legault teste les limites de son carré de sable
Photo Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

Depuis son retour en politique, François Legault a mis sur la glace l’idée de lancer le Québec dans un troisième référendum.

Cependant, depuis qu’il est premier ministre, il est en train de nous montrer clairement comment le Québec peut s’affirmer davantage au niveau de son identité au sein du Canada.

Après la laïcité en 2019, c’est la langue qui prendra les devants des affrontements possibles entre la nation québécoise et le reste du pays.

Le reste du Canada

Sans grande surprise, Justin Trudeau a accueilli la réforme de la loi 101 du ministre Jolin-Barrette sans créer de vagues. Il s’est réfugié derrière les experts en Constitution : « Ce que nous comprenons par nos analyses initiales, c’est qu’effectivement, le Québec a le droit de modifier une partie de la Constitution pour souligner d’ailleurs les constats que nous avons déjà faits au niveau du gouvernement fédéral. »

Les réactions sont cependant plus acerbes dans les médias anglophones comme ce fut le cas avec le projet de loi 21 sur la laïcité. Cependant, au-delà des critiques des chroniqueurs et des éditorialistes, on ne sent pas une gronde dans la population en général.

Erin O’Toole et Jagmeet Singh ont tous les deux rapidement donné leur appui au projet de loi 96. Ainsi, tous les partis fédéraux ne veulent pas que cette réforme devienne un enjeu lors de la prochaine campagne, qui pourrait arriver dans les prochains mois.

Un nouveau carré de sable

Si le gouvernement fédéral ou la Cour suprême mettent des bâtons dans les roues dans les projets de M. Legault, il sera intéressant de voir comment ce dernier va réagir.

Malgré le fait qu’il ait mis ses intentions souverainistes de côté, il sera intéressant de voir si François Legault va créer son propre carré de sable, s’il pense que celui offert par le Canada est rendu trop petit.