/news/transports
Navigation

Les libéraux nuancent leur position sur le tunnel caquiste

La cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade
Photo d'archives La cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade

Coup d'oeil sur cet article

Même si elle s’oppose au « projet de tunnel caquiste », Dominique Anglade assure que le Parti libéral du Québec demeure favorable à un 3e lien entre Québec et Lévis, mais seulement si une étude en démontre la nécessité.

• À lire aussi: La ministre Geneviève Guilbault attaquée de toutes parts sur le projet de troisième lien

• À lire aussi: Les libéraux mitraillent le «tunnel de la CAQ»

• À lire aussi: Troisième lien: le ministre canadien de l'Environnement interpellé

Lors d’un point de presse, jeudi matin, la cheffe libérale a tenté de nuancer la position de sa formation politique.

Au retour de la pause parlementaire, mardi, Mme Anglade a rejoint le camp de Québec solidaire et du Parti québécois en annonçant que le PLQ s’opposera au projet de tunnel sous-fluvial à deux étages dévoilé la semaine dernière par le gouvernement Legault. 

La cheffe du Parti libéral n’a pas changé d’idée : le projet caquiste, qui pourrait coûter près de 10 milliards $, est « irresponsable », « surréaliste », « même pharaonique », a-t-elle répété.

Pour l’essentiel, son parti, qui promettait aussi un troisième lien aux dernières élections, demeure pour le principe, mais pas à n’importe quel prix.

« Il faut qu’il y ait de la démonstration d’un besoin qui soit réel », a expliqué Mme Anglade, en demandant une fois plus de pouvoir questionner le directeur du bureau de projet en commission parlementaire. 

« Ce qu’on aimerait voir de la part du bureau du projet, c’est quelles sont les études, quels sont les enjeux de mobilité et quelles sont les options », a-t-elle insisté.

Mme Anglade a souligné que c’est d’ailleurs pour faire la lumière sur ces enjeux que le gouvernement libéral précédent avait lancé un bureau de projet.

Or, dès le lancement de l’étude d’opportunité (décembre 2017), la ministre responsable du dossier à l’époque, Véronyque Tremblay, n’avait laissé aucun doute sur les intentions du gouvernement Couillard.

« C’est certain que si nous investissons 20,5 millions $ dans un bureau de projet, c’est parce que nous croyons qu’il y a un besoin pour relier les deux rives, pour améliorer la fluidité », disait Mme Tremblay.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Legault fulmine

Pour la troisième journée d’affilée, la plupart des questions des partis d’opposition au Salon bleu ont porté sur le troisième lien. 

La cheffe libérale en a rajouté une couche en accolant l’étiquette de « Taj Mahal électoral » au projet caquiste. 

« Ce qu’on a devant nous, c’est une cheffe qui chiale [...], une cheffe qui ne fait pas de proposition constructive », a riposté le premier ministre, François Legault. Il a qualifié de « coup de théâtre » les précisions apportées par Mme Anglade.

« Encore une fois, a lancé M. Legault, le Parti libéral se tasse à gauche, vers une fusion avec Québec solidaire en disant : “Il n’y en a pas, de besoins.” On se bouche les yeux... “Il n’y en a pas de problèmes de circulation entre Québec puis Lévis !” ».

À voir aussi