/news/consumer
Navigation

[PHOTOS] Assouplissements: Ça va faire du bien!

Des restaurateurs heureux de retrouver leurs clients avec l’ouverture des terrasses

Coup d'oeil sur cet article

La température ne sera pas des plus élevées aujourd’hui, mais cela ne refroidit en rien l’enthousiasme de certains restaurateurs qui mettent tout en œuvre pour offrir des terrasses protégées des éléments pour leur réouverture.

• À lire aussi: [PHOTOS] Déconfinement: 10 superbes terrasses à redécouvrir dans la région de Québec

• À lire aussi: Du beau temps sans canicule pour le week-end

• À lire aussi: Québec déconfiné: ce qu’il faut savoir

L’ouverture des terrasses, qui est toujours un événement en soi à Québec, est encore plus symbolique cette année. Elle précèdera de trois jours la réouverture des salles à manger des restaurants fermées depuis l’application des mesures d’urgence le 1er avril dans les zones rouges.

Préparation de la terrace de la Cage aux Sports Lebourneuf pour son ouverture de vendredi a Quebec, jeudi le 27 mai 2021. Christian Guenette, directeur et Phil Laroche.
STEVENS LEBLANC/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI)
Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC
Préparation de la terrace de la Cage aux Sports Lebourneuf pour son ouverture de vendredi a Quebec, jeudi le 27 mai 2021. Christian Guenette, directeur et Phil Laroche. STEVENS LEBLANC/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI)

Ce ne sera pas encore un retour à la normale puisque des règles sanitaires et de distanciation s’imposeront toujours, mais, de concert avec la levée du couvre-feu, elle amène un vent d’optimisme à Québec.

«Nous sommes bien heureux. Nous avons fait une préouverture la fin de semaine dernière avec de la cuisine sur le pouce pour emporter. Nous allons nous entraîner encore un peu avant qu’il n’y ait un gros roulement», lance Claudine Fortin, directrice du Lapin Sauté, sur la rue du Petit Champlain.

«La terrasse est couverte à 98%. Elle est chauffée et est confortable à partir de 10°. Nous allons aussi offrir des couvertures lavées en polar», ajoute-t-elle, précisant qu’il n’est pas possible de réserver pour la terrasse.

À l’échelle du restaurant, qui fait partie du groupe Restos Plaisirs, le recrutement n’a pas été un problème a indiqué Mme Fortin. Le groupe compte 12 enseignes, dont sept vont ouvrir dès vendredi, incluant les cinq Cochon Dingue et le Jaja.

Le restaurant L'Oeuforie de Quebec c'est installé une terrace rose a Quebec, jeudi le 27 mai 2021. Le copropriétaire, Arthur Joncas.
STEVENS LEBLANC/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI)
Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC
Le restaurant L'Oeuforie de Quebec c'est installé une terrace rose a Quebec, jeudi le 27 mai 2021. Le copropriétaire, Arthur Joncas. STEVENS LEBLANC/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI)

Bien préparé

«Nous avons très hâte d’ouvrir. C’est pas mal complet pour vendredi et samedi pour les places les plus chauffées qui sont offertes en réservation. Les autres sont disponibles aux passants», raconte Fabio Monti, copropriétaire de l’Atelier et de l’Ophelia, deux restaurants adjacents sur la Grande Allée.  

  • Écoutez l'entrevue de Pierre Nantel avec Jonathan Ollat, copropriétaire des restaurants L'Atelier et Ophélia, sur QUB radio:    

«Chaque année c’est beaucoup de préparatifs, mais comme nous avions plus de temps, nous avant mis davantage d’efforts pour rendre nos terrasses le plus confortables et agréables possibles, couvertes avec gouttières, chauffage, bien éclairées et avec un bon système de son», poursuit-il.

Le restaurateur n’a pas attendu l’annonce du gouvernement pour organiser la réouverture. Malgré tout, l’embauche demeure problématique.

«Nous sommes encore à la recherche de serveurs. Ce n’est pas nouveau la pénurie de main-d’oeuvre, mais ça ne va pas en s’améliorant. La solution pour ne pas faire écoper les clients est de fermer des sections. Ça ne touchera pas la terrasse. Mais ça demande plus d’efforts à nous les patrons qui devront travailler sur le plancher», concède M. Monti.

Préparation de la terrace de la Cage aux Sports Lebourneuf pour son ouverture de vendredi a Quebec, jeudi le 27 mai 2021. Christian Guenette, directeur et une employée place des coussins
STEVENS LEBLANC/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI)
Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC
Préparation de la terrace de la Cage aux Sports Lebourneuf pour son ouverture de vendredi a Quebec, jeudi le 27 mai 2021. Christian Guenette, directeur et une employée place des coussins STEVENS LEBLANC/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI)

Enfin!

«C’est la lumière au bout du tunnel. Tout le monde est content», lance Olivier Giguère, copropriétaire de La Souche. La brasserie a pignon sur rue sur le Chemin de la Canardière et à Stoneham-et-Tewkesbury.

«À Stoneham nous avons environ la moitié de la terrasse qui est imperméable explique Marion Desgagné, directrice de la restauration. C’est un peu moins à Limoilou mais on continue à y travailler. Les gens qui font des toiles sont bien occupés! On voulait que les terrasses en étant chauffées et imperméables puissent augmenter notre capacité. C’était sans deviner qu’elles allaient ouvrir en premier.»

«Pandémie ou pas, les gens l’été veulent aller sur la terrasse. On ne remplit pas l’intérieur souvent», renchérit M. Giguère.

La Souche ne prend pas de réservations pour sa terrasse, mais les clients qui réserveront pour la salle à manger peuvent demander à y être transférés s’il reste de la place.

Puisque La Souche avait bien préparé le coup, Mme Desgagné estime que les plus gros préparatifs a été effectué au niveau des employés.

«Nous avons profité de la pandémie pour travailleur notre structure pour que nos responsables soient davantage épaulés dans les moments les plus achalandés, relance M. Giguère. Nous allons y aller pas à pas en commençant avec les mêmes heures que nous avions pour les mets à emporter avant d’ouvrir d’autres plages horaires pour ne pas que notre personnel ne soit à bout après quelques semaines de service.»

M. Giguère a aussi salué l’efficacité des instances de contrôle qui lui ont rendu la tâche plus aisée.

«Les municipalités et la Régie des alcools, des courses et des jeux ont rapidement réagi, ce qui nous a permis de facilement passer d’un permis de bar à celui de restaurant, de pouvoir allonger les heures pour les terrasses», a -t-il conclut. 

Préparation de la terrace de la Cage aux Sports Lebourneuf pour son ouverture de vendredi a Quebec, jeudi le 27 mai 2021. Le proprio, Phil Laroche installe une tv sur la terrace.
STEVENS LEBLANC/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI)
Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC
Préparation de la terrace de la Cage aux Sports Lebourneuf pour son ouverture de vendredi a Quebec, jeudi le 27 mai 2021. Le proprio, Phil Laroche installe une tv sur la terrace. STEVENS LEBLANC/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI)

-Avec Elsa Iskander

La soif de revoir ses amis  

Il n’y a pas que les restaurateurs qui ont des démangeaisons à l’approche de la réouverture des terrasses, des clients aussi ne tiennent plus en place.

«Étant quelqu’un qui adore socialiser avec mes amis et qui est très épicurien, disons que c’est un gros morceau de ma vie», explique Marc Ostreicher, qui ne manquera pas l’occasion d’en prendre une froide aujourd’hui à la brasserie La Fosse, de Donnacona.

Vicky Tanguay et son copain Guillaume Potvin sur la terrasse du Théâtre Petit Champlain en septembre dernier.
Photo courtoisie
Vicky Tanguay et son copain Guillaume Potvin sur la terrasse du Théâtre Petit Champlain en septembre dernier.

«Ma conjointe et moi adorons découvrir de nouveaux endroits et encourager les plus petits restaurants qui ont un cachet spécial. Non seulement la bière est excellente ici, mais ils servent des repas avec des produits locaux et la terrasse est en plein soleil tout l’après-midi. On travaille fort et on aime faire rouler l’économie», lance-t-il en riant.

«Être présent durant la première journée c’est une belle façon de démontrer à ceux qui ont été impactés par les fermetures que nous sommes solidaires, surtout dans notre région. La pandémie nous aura permis d’être plus conscient de notre impact dans notre communauté», avance pour sa part, Jean-Michel Gagnon, de Saint-Basile, qui visitera aussi La Fosse.

«Avoir la possibilité d’être entouré de mes amis devant une bière brassée dans ma région natale en plus de faire profiter d’autres artisans du coin en mangeant une bouchée, c’est simplement logique d’être ici dès la réouverture et c’est ce qui me manquait le plus. Je fais probablement partie de ceux qui s’en sont bien sortis, mais l’absence de relations humaines avec mes proches n’était pas négligeable. On est très heureux de se voir aujourd’hui! Ça sent la fin!», claironne M. Gagnon.

Soutien aux entreprises

L’élément solidarité envers les commerçants est aussi revenu dans les commentaires de Vicky Tanguay. Elle se rendra aujourd’hui à La Signature, sur la 3e avenue à Québec.

«C’est important pour moi d'être là la première journée autant pour soutenir les restaurateurs que pour profiter enfin d'un bon souper. Et ça marque le début de la fin des restrictions, on va pouvoir vivre un peu!», dit-elle.

Et ce n’est pas la température annoncée aujourd’hui qui va freiner les ardeurs de la jeune femme!

«Habituellement je suis la personne qui boit sa première bière sur terrasse au mois de mars dès l’arrivée des rayons du soleil un peu plus chauds. Ça va faire grandement du bien au moral. J’ai déjà plein de réservations dans la prochaine semaine», ajoute-t-elle.

L’ambiance

Sur la rive-sud, Hubert Bergeron a vraiment hâte de retourner au pub La Fabrik de Saint-Apollinaire.

«Ça me manque, ça fait trop longtemps que je me suis assis là-bas pour profiter de l’ambiance. Ça va faire du bien de pouvoir sortir de la maison. Le personnel est vraiment accueillant et super drôle. Je me suis fait des amis ça n’a pas été trop long. Pour la température, on s’habillera en long. Y’a bien des gens qui vont passer outre ça pour recommencer progressivement à vivre une vie normale», estime-t-il.

«On n’avait pas beaucoup de choix à Saint-Apollinaire avant que ça ouvre. Ça a fait du bien à tout le monde d’avoir cet emplacement avec ce menu, les drinks et où l’on peut manger avec des fourchettes en métal.»

M. Bergeron a d’ailleurs bien hâte d’en connaître davantage au sujet du projet de nouvelle terrasse à la Fabrik dont il a entendu parler entre les branches.

Toujours «fidèle au poste» à la Cour arrière du Festibière, sur la rue Dahlousie, à Québec, Ann-Sarah Champagne devra cette fois attendre à samedi pour y siroter sa première bière, étant retenue par son travail.

«J’aurais certainement été là sinon. Ça va bien débuter le déconfinement qui s’en vient et l’été qui arrive. Cet endroit est festif, les gens y sont de bonne humeur, on s’y sent en congé et leurs produits sont bons. J’ai tellement hâte que la température ne m’arrêtera pas.»