/entertainment/music
Navigation

Opéra de Québec: Un Barbier de Séville en direct et en webdiffusion

Coup d'oeil sur cet article

Originaire et résident de Québec, le baryton Hugo Laporte aurait bien aimé chanter dans une sa lle Louis-Fréchette comble. La pandémie en a décidé autrement.

Enregistré samedi dernier dans un Grand Théâtre vide, Le Barbier de Séville sera offert gratuitement, samedi, à 15 h, en direct, sur le site web et sur la chaîne YouTube de l’Opéra de Québec. Cette version concert demeurera en ligne ensuite pour quelques jours. 

« Le Barbier de Séville est un opéra drôle. J’imagine un humoriste qui fait un spectacle sans public. Il peut être drôle pareil, mais il va toujours manquer quelque chose. Les rires et les réactions du public. On a hâte qu’il soit présent », a-t-il lancé, lors d’un entretien.

Hugo Laporte précise que l’enregistrement, sans les applaudissements et les réactions du public, s’est bien déroulé. 

« On a fait ça tout d’un bout comme si c’était une représentation normale. On a pris une pause de quelques minutes en raison d’un problème technique mineur, mais c’est tout. On avait trois heures pour l’enregistrement. Il n’y avait pas de temps à perdre », a-t-il indiqué.

Le baryton se glissera dans la peau du barbier Figaro pour une deuxième fois. Il a déjà chanté ce rôle, en 2016, avec la Société d’art lyrique du Royaume, au Saguenay. 

« On avait monté la version française. Cette fois, c’est la version originale italienne. J’ai souvent chanté les pièces de cet opéra en italien, durant des concerts et l’adaptation n’a pas été difficile », a-t-il expliqué.

Beau et drôle

Hugo Laporte adore cet opéra de Rossini. Créé à Rome en 1916, Le Barbier de Séville raconte l’histoire du comte Almaviva, qui, avec l’aide du barbier Figaro, multiplie les manigances afin de pouvoir conquérir le cœur de Rosina. Le duo doit agir rapidement, car le docteur Bartolo, qui héberge la jeune orpheline, a l’intention de l’épouser. 

Hugo Laporte dans l'opéra Le Barbier de Séville de l'Opéra de Québec.
Photo Louise Leblanc
Hugo Laporte dans l'opéra Le Barbier de Séville de l'Opéra de Québec.

« Le Barbier de Séville, c’est drôle. Ce ne sont pas tous les opéras-comiques qui sont aussi drôles et qui le sont de façon aussi constante. Ce n’est pas pour rien que c’est un succès. J’y pense et ça me fait rigoler. La musique, aussi, est extrêmement belle », a-t-il mentionné.

La présentation d’un opéra nécessite habituellement deux ou trois semaines de répétition. Hugo Laporte, Doug Macnaughton (Bartolo), Andrew Haji (comte Almaviva), Sarah Bissonnette (Rosina), le narrateur Bertrand Alain, l’Orchestre symphonique de Québec, sous la direction du chef Jean-Michel Malouf, le choeur de l’Opéra de Québec et le reste de la distribution, ont eu une semaine pour se préparer.

« Il fallait, pour cette raison, être très concentré. Ce fut une belle semaine intense. Je me couchais et je me réveillais, tous les jours, avec la musique dans ma tête. J’étais dedans et j’ai eu beaucoup de plaisir », a-t-il fait remarquer.

Le Barbier de Séville sera présenté dans sa version originale en italien avec des sous-titres français.