/weekend
Navigation

Au cœur des îles de la Madeleine

Grosse-Île, golfe du Saint-Laurent | 47°37’06.3»N 61°33’16.7»W

Coup d'oeil sur cet article

Je connais bien les îles de la Madeleine d’île en île. J’ai cumulé un grand nombre de séjours dans cet archipel si unique. Mais au-delà des paysages, des gens accueillants et des succulents fruits de mer, il y a une facette méconnue... Ceux et celles qui ont parcouru la route 199 ont peut-être remarqué cette étrange structure émergente des dunes, non loin de Grosse-Île. Vous n’avez pas rêvé, il s’agit bien d’une mine qui s’enfonce sous le golfe du Saint-Laurent. Là, pas de métaux précieux, mais bien du sel. La mine Seleine figure parmi les sites industriels les plus impressionnants que j’ai eu la chance de documenter. Seule mine en son genre au Québec, elle exploite un dôme de sel utilisé pour déglacer les routes en hiver. Ce chantier plonge à plus de 489 m sous la surface de la terre. L’endroit­­­ est surprenant. Lors de ma visite­­­, j’ai été stupéfait de constater à quel point l’air était salin. Les particules en suspension dans les galeries souterraines laissent un goût de sel sur les lèvres. Mais ce qui frappe le plus, c’est la dimension des voûtes à piliers. Bien qu’on se trouve sous terre, l’impression d’être minuscule nous envahit. C’est plutôt ironique pour un endroit où on a l’habitude de ressentir de la claustrophobie...


Appareil : Canon EOS 6D

Objectif : EF 17-40mm f/4L USM

Exposition : 15 sec. à f/8

ISO : 400