/news/provincial
Navigation

3e lien: de vives inquiétudes exprimées dans le quartier Saint-Roch

Coup d'oeil sur cet article

L’aménagement projeté de bretelles d’autoroute qui seraient empruntées par des milliers de véhicules est loin d’enchanter les résidents du quartier Saint-Roch qui ont exprimé de vives inquiétudes, hier soir.

• À lire aussi: Le 3e lien passe déjà à la prochaine étape

• À lire aussi: 3e lien: Catherine Dorion annonce une «mobilisation féroce» contre le mégaprojet

Lors d’une assemblée virtuelle, le conseil de quartier de Saint-Roch a entendu les préoccupations de plusieurs citoyens puis s’est formellement prononcé contre le projet de tunnel autoroutier Québec-Lévis.

La résolution adoptée exprime également l’opposition du conseil au projet d’élargissement de l’autoroute Laurentienne, bien que le gouvernement a consenti à permettre la conversion de sa portion sud en boulevard urbain.

Par le fait même, le document réaffirme une position précédemment adoptée par le conseil, qui contestait déjà tout projet de sortie de tunnel dans le quartier « peu importe son emplacement ».

27 000 véhicules chaque jour

Le projet de tunnel sous-fluvial, dont le coût pourrait atteindre 10 milliards $, prévoit qu’il y aura des entrées et des sorties à la fois sur Dufferin-Montmorency et sur le boulevard Charest pour permettre d’accéder au tunnel et aux artères concernées.

Selon les projections actuelles, quelque 27 000 véhicules utiliseront ces sorties quotidiennement, soit pratiquement autant qu’à la jonction principale du tunnel qui sera située à la hauteur d’ExpoCité.

Lors d’une présentation technique le 17 mai, les responsables du mégaprojet ont évalué que celui-ci n’allait pas « amener plus d’autos au centre-ville », mais qu’elles « vont arriver différemment ».

« Désastreux »

Des résidents n’en sont toutefois pas convaincus et l’on fait savoir jeudi soir.

« Notre sécurité en tant que piétons, cyclistes, ou même automobilistes est déjà un enjeu majeur. Ça ne nous prend pas plus de chars, ça ne nous prend pas plus de béton, ça ne nous prend surtout pas plus d’autoroutes », a dénoncé Catherine Lefrançois, une citoyenne, selon qui le troisième lien « n’est pas fondé sur un besoin réel » et est « clairement désastreux » pour les citoyens de Saint-Roch.

La résolution adoptée par le conseil de quartier fait part de préoccupations concernant la pollution atmosphérique et sonore, d’éventuelles conséquences sur la santé de la population et l’impact visuel « néfaste » qu’aurait selon lui le réaménagement de bretelles d’autoroute dans le secteur de l’Îlot Fleurie. Selon le ministère des Transports, il est trop tôt pour connaître la configuration exacte des infrastructures qui seront aménagées.

Ce matin, le conseil de quartier Saint-Roch sera présent aux côtés de la députée solidaire Catherine Dorion et de près d’une vingtaine d’organismes pour faire « front commun » contre le projet de tunnel, lors d’une annonce dans le secteur de l’Îlot Fleurie. Plusieurs autres conseils de quartier, dont ceux de Lairet et de Saint-Sauveur, seront représentés, selon la convocation de presse.

À VOIR AUSSI: