/opinion/columnists
Navigation

Du racisme chez les diététistes... On aura tout vu!

Coup d'oeil sur cet article

Quel est le lien entre la mort de George Floyd et le métier de diététiste au Canada ?

Théoriquement, si vous n’avez pas perdu la raison, vous direz qu’il n’y en a évidemment aucun. 

Mais notre époque est dingo. 

C’est ainsi que jeudi, La Presse nous apprenait qu’en 2020, la directrice générale des diététistes du Canada a envoyé une lettre à ses membres où elle se livrait à un petit rituel d’autocritique raciale. 

Délire !

La mort de George Floyd l’a poussée à vouloir rééduquer son association.

Citons-la. « J’invite mes collègues Blancs à ne plus se taire et à agir contre le racisme. Pour nos collègues, pour nos clients et nos patients, et pour nos communautés. Ce n’est pas assez de ne pas être raciste. Nous devons tous être “antiracistes”. Nous devons observer nos privilèges, les reconnaître et s’engager à agir pour enrayer le racisme ».

Wow ! Tous les mots-clés y étaient ! 

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

La Presse rapportait aussi que l’Ordre des nutritionnistes et diététistes du Québec avait mis en place un groupe de travail sur le racisme en nutrition !

Cet événement est révélateur. 

L’idéologie dominante condamne tous ceux qui ne veulent pas être bannis socialement à lui donner des gages. Comme un mouton bêlant, il faut répéter ces slogans, sans quoi on sera accusé de manquer d’empathie. 

Nos élites ne « reconnaissent » pas le « racisme systémique ». Ils se soumettent à cette théorie à cause de la pression idéologique qui y pousse. 

Endoctrinement

Le milieu des ressources humaines s’y met, celui des communications aussi. Ils imposent à leurs employés des ateliers de « sensibilisation à la diversité » qui relève de l’endoctrinement idéologique.

Revenons sur terre ! 

Diététistes du Canada, respirez, vous n’êtes pas systémiquement racistes ! Non plus que les médecins, les mécaniciens, les agents de la flore, les hôtesses de l’air ou les gardiens de phare, s’il en reste. 

Parce qu’il n’y a pas de racisme systémique.