/weekend
Navigation

Retour de séries cultes: vague nostalgique

Coup d'oeil sur cet article

Il y a quelque chose de rassurant à retrouver des personnages qu’on a aimés. On les connaît, on sait sensiblement à quoi s’attendre avec eux, on a nos repères. Pour un diffuseur, renouer avec une série manquante assure de retrouver un public gagné. Encore faut-il ne pas décevoir, livrer la marchandise. En cette ère où nous avons besoin de réconfort, le retour de quatre franchises américaines fait beaucoup jaser.

Cet hiver, au Québec, nous avons eu droit à une nouvelle mouture de Caméra Café, nous avons renoué avec un Martin Matte en plein divorce grâce aux Beaux malaises 2.0 et nous avons assisté au grand retour de Star Académie dans une version plus contemporaine. Tous trois sur les ondes de TVA. Dans les dernières années, les sceptiques ont été confondus puisque les nouvelles moutures des Pays d’en haut (Radio-Canada) et de Passe-Partout (Télé-Québec) se sont avérées des succès bénéficiant du passé pour bien citer le présent.

Les Américains ne comptent plus les retours de séries à succès ; de Roseanne (The Corners) à The X-Files, de Full House (Fuller House) à Dynastie ou Sabrina (The Chilling Adventures of Sabrina). Parfois, on marque le coup en réunissant les personnages d’antan. Parfois, on préfère offrir une version renouvelée, plus moderne, tout en conservant l’ADN d’avant. 

Le cas Friends 

Photo courtoisie

Créé par Martha Kauffman et David Crane et diffusé sur NBC de 1994 à 2004, le sitcom Friends a marqué une génération. Six jeunes acteurs ont vu leur carrière exploser : Jennifer Aniston, Courteney Cox, Lisa Kudrow, Matt Leblanc, Matthew Perry et David Schwimmer. On y suivait le quotidien de six amis dans la vingtaine, dont quatre vivaient dans le même immeuble et dont les journées se terminaient souvent au café juste en bas. Tribulations professionnelles et amoureuses étaient au menu. Nous voulions tous faire partie de la gang. La nouvelle génération a découvert les 10 saisons sur Netflix, relançant ainsi la franchise à succès. La série est entrée dans la culture populaire.

  • Écoutez l'entrevue d'Anne-Marie Binette, fan de Friends, au micro de Richard Martineau sur QUB radio:

Friends, c’est du bonheur, du plaisir, du rire. C’est tout simplement réconfortant. Ses vedettes, nous les avons suivies depuis ce temps, et longtemps nous avons souhaité leurs retrouvailles. En 2019, on confirmait une réunion de nos six amis. Un épisode spécial dévoilé jeudi marque ce grand retour. Au moment d’écrire ces lignes, seule une bande-annonce laissait entrevoir un rendez-vous convivial avec entrevues, retour dans les décors, relecture de dialogues et quiz. À quand une nouvelle saison dans l’univers de Monica, Rachel, Phoebe, Ross, Joey et Chandler ?

► Diffusé sur Crave

Le cas Sex and the City 

Photo courtoisie

Considérée, avec The Sopranos, comme une des séries qui ont changé l’univers de la télévision, Sex and the City s’est démarquée par son audace. Quatre amies qui vivent à New York. Quatre trentenaires célibataires et bien dans leur peau qui parlent franchement, sans tabou. Il y a Carrie Bradshaw, la protagoniste principale qui a propulsé son interprète, Sarah Jessica Parker, dans le haut des It-girls, précurseure des influenceurs d’aujourd’hui. Elle est journaliste et tient une chronique dans un prestigieux magazine où elle s’exprime sur les relations amoureuses. Il y a Charlotte (Kristin Davis), la galeriste pleine de candeur, Miranda (Cynthia Nixon), l’avocate cynique, et Samantha (Kim Cattrall), l’aînée des quatre, une relationniste croqueuse d’hommes. 

Inspirée du roman de Candace Bushnell et de sa rubrique dans le New York Observer, Sex and the City a contribué à dépoussiérer la série télé, la rapprochant plus de l’expérience cinématographique que du soap de soirée. Complètement décomplexée, la série dépeint un univers de femmes modernes et authentiques. On fait aussi grand bruit de la garde-robe de Carrie devenue une icône de mode et on court les adresses, paysages des aléas de leur rendez-vous dans la Grosse Pomme. La série a connu six saisons entre 1998 et 2004 sur HBO. Deux films ont aussi vu le jour ainsi qu’une série dite « préquelle » relatant la jeunesse de Carrie. 

Les fans l’espéraient depuis longtemps, une minisérie est actuellement en tournage. Carrie, Miranda et Charlotte seront de retour pour 10 épisodes intitulés And Just Like That... témoignant cette fois-ci de leur cinquantaine. Sara Ramirez se joint au trio et incarnera une humoriste queer et non binaire qui anime un podcast. Aiden devrait être de retour, mais pas Mr Big.

► En tournage, sortie en 2021 sur Crave

Le cas Gossip Girl 

Photo courtoisie

Au chapitre des groupes d’amis, les plus jeunes ont eu droit à l’élite new-yorkaise alors qu’on suivait avec Gossip Girl le quotidien d’étudiants de prestigieuses écoles privées de l’Upper East Side. C’était entre 2007 et 2012 sur The CW (Vrak TV chez nous). Serena et Blair, deux copines de longue date issues de riches familles, qui s’aiment, mais se jalousent ; Nate et Chuck, dont les pères trempent dans des affaires pas trop légales pour maintenir leurs privilèges ; Dan et Jenny, qui résident à Brooklyn et qui tentent de faire leur place parmi les mieux nantis sans perdre leurs valeurs. Cette série a propulsé Blake Lively et donné une vitrine à plusieurs commerces de la ville. Les partys étaient toujours enviables, mais la richesse n’apportait pas le bonheur. C’était du Dynastie citadin 2.0 gonflé aux réseaux sociaux grandissants, Gossip Girl étant un blogue nous rapportant les faits et gestes du groupe. Son auteur (Dan) n’étant plus anonyme, le blogue a cessé ses publications.

La nouvelle mouture semble vouloir prendre exemple sur la trame initiale. Kristin Bell en serait d’ailleurs la narratrice. Sauf qu’ici, les personnages jadis plus blancs que blancs s’inscrivent dans la diversité plus réaliste de notre époque. Huit ans plus tard, quelqu’un semble avoir repris le flambeau du potinage ambiant. Encore une fois, les médias sociaux se chargent de rapporter les faits et gestes de l’élite et de mettre en lumière ce qui ne tourne pas rond. Dix épisodes sont prévus. Joshua Safran, auteur principal de la nouvelle série affirme qu’il ne sera pas question d’intimidation ni d’une image dégradante des femmes, ce qui ne devrait plus être présent nulle part. Il dit (traduction libre) que les personnages se serviront davantage de leur cerveau et d’une sexualité positive plutôt que d’artifices pour nous divertir.

► Diffusé en juillet sur Crave

Le cas Dexter 

Photo courtoisie

La fin de la populaire série pouvait laisser croire à un retour du tueur en série et analyste en scène de crime Dexter Morgan, puisqu’il simulait sa propre mort lors d’un ouragan. Les dix épisodes de la 9e saison sont attendus en fin d’année. Dexter (Michael C. Hall) a été témoin dans son enfance d’un crime sordide qui a teinté son destin. Expert en médecine légale et analyste des traces de sang, il travaille de jour au département de la criminalité de la police de Miami. Il est timide et peu sociable. De nuit, il rend justice aux victimes en s’attaquant à des criminels ayant réussi à échapper à la loi. Il est puissant, voire charismatique. Dexter ne tue que des coupables.

Aucun détail ne se dégage de la bande-annonce qui vient de sortir. Il travaillerait sous une autre identité comme bûcheron en Oregon, mais il semblerait que ce n’est pas dans ces circonstances qu’on le retrouvera. Bien qu’il ait souhaité ne plus mener cette double vie, son passager noir, comme il le décrit, le hante toujours et... il y aura des morts...

► Sortie prévue en novembre 2021