/weekend
Navigation

Photos souvenirs: Claude Prégent

Chaque semaine dans son cahier Weekend, Le Journal de Montréal vous présente des moments marquants de la carrière d’un artiste, par le biais de quelques photos souvenirs.

Claude Prégent
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Beaux rôles  

Claude Prégent
Photo courtoisie, Radio-Canada

En 1993, il y a près de 30 ans déjà, Claude Prégent donnant la réplique à Francine Ruel (Donatienne Belzile) dans le téléroman de Pierre Gauvreau Cormoran. Il y interprétait le rôle de Viateur Bernier, maire et riche propriétaire des commerces de Baie-d’Esprit, aux côtés de la hautaine Bella Cormoran (Nicole Leblanc). Le comédien a jusqu’à maintenant joué dans près de 35 séries télé et remporté le prix Gémeau du Meilleur rôle de soutien pour Sous le signe du lion, en 1998.

Série culte  

Claude Prégent
Photo courtoisie

MacPherson, amoureux de la belle Antoinette (Marie-Lou Dion), la fille de Rose-Anna (Nicole Leblanc), dans une scène de la série culte Le Temps d’une paix. Après avoir joué dans Jeunes en liberté, le Clan Beaulieu, Race de monde et Terre humaine, Claude Prégent défendait ce rôle dans le téléroman de l’auteur Pierre Gauvreau qui s’échelonna sur dix ans. 

Rôle marquant  

Claude Prégent
Photo d'archives

Il y a une quarantaine d’années, dans Le Temps d’une paix, présentée à Radio-Canada. Une période de tournage inoubliable pour le comédien qui avait obtenu son diplôme du Conservatoire d’art dramatique de Montréal un an plus tôt, en 1978, quand on lui confia le rôle de l’orphelin MacPherson. Il n’avait que 23 ans au début des tournages et il donnait la réplique à des grands tels Pierre Dufresne et Nicole Leblanc. 

Le patron  

Claude Prégent
Photo d'archives

Au début des années 2000, Claude Prégent était de la première mouture de la série de TVA Caméra Café dans la peau de Normand Dugas, l’exigeant patron de la compagnie qui claironnait « Escalier ! » chaque fois qu’il congédiait un employé. Il a été des dix années de succès de la série, entouré d’une grosse distribution qui comptait notamment Martin Matte (derrière), en plus de dizaines de personnages périphériques, dont celui de Dany Turcotte (photo).

Chanceux  

Claude Prégent
Photo d'archives

En 2004, dans L’auberge du chien noir, aux côtés d’Éveline Gélinas (la chanteuse du groupe Les Westerners). Coiffé d’une longue perruque grise, le comédien y incarnait l’attachant Normand Castonguay, l’homme à tout faire de l’auberge. Ce téléroman du duo Lussier/Poirier aura duré 15 ans, Le Temps d’une paix et Caméra Café, chacun dix ans. Est-ce à dire que Claude Prégent est chanceux ou qu’il porte chance aux productions télé ?  


  • Claude Prégent agira comme maître de cérémonie lors de l’inauguration virtuelle du nouveau Théâtre Alphonse-Desjardins de la ville de Repentigny, qui invite les citoyens à découvrir les possibilités du tout nouveau théâtre, en assistant gratuitement à l’événement offert en webdiffusion du 9 au 13 juin, un face-à-face tantôt intime, tantôt grandiose, qui permettra de découvrir ce tout nouveau lieu de diffusion. Billets par téléphone, à la billetterie ainsi qu’en ligne sur l’Espace culturel.    
  • Le comédien incarne le policier à la retraite Léopold Thompson, dans la série 5e rang, le père de Gladys (Julie Roussel) et le mentor de Fred (Maxim Gaudette). La série de Radio-Canada sera de retour cet automne et on découvrira qui est le tueur en série de Valmont, Léopold étant lui-même soupçonné. Une quatrième année de 5e rang a été confirmée.    
  • Claude Prégent est de la pièce Garçon ! de l’auteur et comédien Stéphane E. Roy, une comédie à sketches au cœur d’un restaurant français au bord de la faillite. La troupe reprendra sa tournée à travers tout le Québec en janvier 2022. Voir la page Facebook de la pièce.    
  • On peut revoir Le Temps d’une paix à la télé sur ici artv.