/news/coronavirus
Navigation

Déconfinement à Québec: l'alcool maintenant interdit après 20h dans les parcs

La Ville de Québec resserre son règlement sur les parcs conviviaux après des débordements

Coup d'oeil sur cet article

Les excès et même les violences du dernier week-end au parc Victoria ont convaincu la Ville de Québec de resserrer son règlement sur les parcs conviviaux, où il ne sera plus possible de consommer de l’alcool après 20h.

• À lire aussi: COVID-19 à Québec: moins de 50 cas pour le passage au palier orange

• À lire aussi: Déconfinement: pas de bals de finissants cette année

«Tout en tentant de ne pas punir toute la population pour un seul groupe, la Ville doit prendre des mesures, que nous souhaitons temporaires, afin de calmer le jeu. Nous ne pouvons pas permettre que des groupes foutent le bordel dans les parcs de la ville», a dénoncé le maire Régis Labeaume, lundi.

Celui-ci a déploré «des événements malheureux et condamnables» à la suite des débordements qui ont forcé la police à évacuer le parc Victoria et qui ont fait deux blessés dans la soirée de vendredi, laquelle coïncidait avec la levée du couvre-feu.

Rappelons qu’un homme a été poignardé et qu’une femme a reçu une bouteille de vitre sur la tête, mais qu’on ne craint pas pour leur vie.

  • Écoutez l'entrevue avec François Doré, policier à la retraite et spécialiste en affaires policières sur QUB radio :  

Nouvelle heure

L’heure limite pour consommer de l’alcool, qui était 23h, est donc ramenée à 20h. Cette permission est accordée pour un deuxième été, mais uniquement dans 41 parcs identifiés et à condition que la consommation soit accompagnée d’un repas. Elle débutera maintenant à 16h, en semaine, et à 11h, la fin de semaine et les jours fériés.

Les trois parcs de la commission de la capitale nationale du Québec (CCNQ) qui jouissent la même latitude (la promenade Samuel-De Champlain, le parc du Bois-de-Coulonge ainsi que le parc des Moulins) adoptent le même horaire.

«On ne voulait pas aller là, mais vendredi a été la soirée de trop», a affirmé le maire, qui a toutefois cherché à relativiser les nouvelles contraintes en disant que «ce n’est pas le régime sec».

«Il faut être modéré, il faut être prudent d’autant plus que la pandémie n’est pas terminée», a-t-il imploré tout en disant «comprendre» que les jeunes ont souffert de la pandémie depuis plus d’un an.

Selon lui, il était impossible de serrer la vis uniquement au parc Victoria, comme l’ont suggéré des adversaires politiques, car on aurait seulement déplacé le problème dans d’autres parcs.

Échaudés

D’ailleurs, samedi soir, il y a eu un véritable jeu du chat et de la souris, alors qu’un groupe se promenait entre le parc Victoria et un autre parc, au gré de la présence policière, selon le maire.

La Ville et la CCNQ ont aussi renouvelé leur appel à la propreté et au ramassage des ordures. Mais «c’est sûr que des caisses de douze vides, on va en ramasser moins. C’est mon impression», a lancé le maire.

D’autre part, la Ville est disposée à revenir à la formule originale de son règlement, mais «on ne prendra pas trop de chance parce que ça nous a échaudés pas mal», a-t-il précisé.

Depuis quelque temps, des rassemblements festifs de jeunes adultes en ont fait voir de toutes les couleurs aux policiers et aux résidents, particulièrement au parc Victoria à Saint-Roch.

Des fêtards n’hésitent pas par exemple à garder des croûtes de pizza dans leurs proches en guise de «repas» pour tenter de contourner le règlement.

Durant la fin de semaine, le service de police a procédé à deux arrestations, dont l’une pour méfait contre un véhicule de police vendredi soir, et il a remis une dizaine de constats d’infraction, par exemple pour avoir uriné dans un endroit public.

«Le choix d’intervention, c’est toujours la sensibilisation, mais à partir du moment où vous contrevenez au règlement, les policiers auront la capacité d’intervenir légalement», a prévenu le maire.

Baisse des constats

Plus généralement, avec le déconfinement progressif, on assiste cependant à une chute des constats d’infraction donnés pour le non-respect des mesures sanitaires.

Du 24 au 30 mai, seulement 14 amendes en lien avec la Loi sur la santé publique ont été distribuées dans la Vieille Capitale, dont cinq pour le couvre-feu, avant qu’il prenne fin vendredi.

C’est une diminution de 72% par rapport à la semaine précédente, alors que la police de Québec avait donné 50 constats d’infractions.

Les appels de dénonciation ont aussi fondu de moitié, passant de 193, entre le 17 mai et le 23 mai, à 96 dans les sept derniers jours.

On observe le même phénomène du côté de Lévis, qui est passé de 19 à 6 constats d’infractions entre ces deux périodes. 

— Avec la collaboration de Jérémy Bernier

À voir aussi      

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres