/finance/business
Navigation

Grosse bataille pour gagner les touristes

Le Journal a scruté quelques-unes des stratégies mises de l’avant pour attirer les vacanciers

Mitchell Dion
Photo courtoisie Le directeur général de Tourisme Charlevoix, Mitchell Dion.

Coup d'oeil sur cet article

La belle saison s’en vient et encore une fois les touristes internationaux n’y seront pas. Les vacanciers viendront donc du Québec et la bataille entre les 22 régions touristiques est lancée pour attirer la clientèle. 

• À lire aussi: Lancement d’une offensive marketing pour stimuler la découverte du Québec

« On aime davantage le mot compétition. Bien sûr, les régions doivent faire valoir les attraits, les atouts, les entreprises de leur propre patelin. Mais il y a aussi une collaboration entre elles, des offres complémentaires. Tout le monde essaie de grossir la tarte, pour que tout le monde ait une plus grosse part », assure Martin Soucy, le patron de l’Alliance de l’industrie touristique du Québec en entrevue avec Le Journal

  • Écoutez la chronique économique d’Yves Daoust, directeur de la section Argent du Journal de Montréal, sur QUB radio:

Pertes de revenus de 2,6 milliards $

Pour assurer leur promotion et leurs opérations, les régions touchent une grande partie de la taxe sur l’hébergement de 3,5 %. Mais l’an passé, le secteur a connu les affres de la pandémie avec des pertes de revenus touristiques de 2,6 milliards $. 

« Ça veut dire que les régions ont des budgets à un niveau variable actuellement. La plus grande baisse a été observée à Montréal, car 70 % des clients viennent de l’étranger. Alors que la Gaspésie ou Charlevoix s’en sont bien tirées », a souligné M. Soucy. 

C’est pourquoi Québec a volé au secours de l’industrie touristique lors du dernier budget avec un montant de plus 200 millions $, dont 29 millions $ sur deux ans qui servent à faire la promotion de la marque Bonjour Québec sur les marchés domestique et international. 

Chacune sa stratégie

Avec cette enveloppe globale de promotion, les régions misent chacune sur leur stratégie. 

La Ville de Québec a fait monter les enchères la semaine dernière avec des cartes-cadeaux de 75 $ qui seront données aux visiteurs qui réservent pour deux nuitées. La Ville et Québec injectent plus de 12 millions $ pour l’initiative. 

D’autres régions misent davantage sur la publicité et certaines sur des personnalités bien connues comme Julie Bélanger pour la Côte-Nord ou l’humoriste Philippe Laprise au Saguenay–Lac-Saint-Jean. 

Une des régions les plus visitées l’an dernier, la Gaspésie, joue sur le contraste de son territoire. 

« Ce que nous proposons, c’est vraiment une expérience au niveau du contenu, c’est un itinéraire, un tour de la Gaspésie », assure Stéphanie Thibaud, directrice marketing de Tourisme Gaspésie.    

Le Québec est séparé en 22 zones touristiques  

Le Journal a regardé la stratégie de différentes régions qui vont se démarquer cette année.  

Gaspésie  

  • 682 000 visiteurs l’an passé  
  • Budget promo : 400 000 $ pour été-automne  
  • Stratégie : On mise sur le tour de la Gaspésie      

Saguenay–Lac-Saint-Jean  

  • Budget promo : 600 000 $ pour l’année  
  • Stratégie : On mise sur la diversité de la région, la nature, le territoire innu, et la gastronomie    

Côte-Nord  

  • Budget promo : 450 000 $ pour la saison  
  • Stratégie : Faites le road-trip de votre vie     

Bas-Saint-Laurent  

  • Taux d’occupation à 36 % en 2020  
  • Budget promo : 500 000 $ (été, automne)  
  • Stratégie : Prendre le temps de découvrir le Bas-Saint-Laurent    

Cantons-de-l’Est  

  • Budget promo : 500 000 $ pour l’année  
  • Stratégie : Meilleure visibilité sur internet pour les entreprises locales      

Séduire une nouvelle clientèle  

Bien située entre Québec et Tadoussac, la région de Charlevoix a été l’une de celles qui ont le mieux performé l’an dernier, avec un taux d’occupation dans les hôtels de 80 % comparativement à 80,7 % en 2019.

« On a pratiquement eu les mêmes chiffres, presque la même situation qu’avant la pandémie. Donc, on a été chanceux et on souhaite que ça perdure », a souligné le directeur général de Tourisme Charlevoix, Mitchell Dion. 

Ce dernier affirme que les régions se livrent une saine compétition, mais que toutes travaillent en coopération. 

« On a intérêt à ce que toutes les régions connaissent une bonne saison. Mais à l’interne, on se concentre à attirer le plus de gens possible dans Charlevoix », dit-il. 

Cette année, la région de Menaud mise davantage sur le bien-être et la relaxation et veut charmer une clientèle anglophone. 

« C’est une première pour nous, on aura donc une campagne publicitaire qui vise expressément une clientèle anglophone au Québec », assure M. Dion. 

Se construire une notoriété

La région de la Côte-Nord a aussi de grandes espérances pour la prochaine saison. Une campagne publicitaire bat son plein depuis plusieurs semaines. 

« En allant à la télé, c’est dispendieux, mais on a une notoriété à construire. On constate que la dépense vaut la peine, et la tendance depuis deux ans nous donne raison », assure Paul Lavoie, directeur général de Tourisme Côte-Nord. 

Le gouvernement veut aussi augmenter et stimuler le tourisme avec une initiative, le programme Explore le Québec sur ta route, qui propose des forfaits à 25 % de rabais aux clients. Le but est de mettre de l’avant des « forfaits attrayants et à tarif réduit ».  

« Notre but, c’est de montrer à la population qu’il y a une diversité dans les régions, il y a plein de perles que les gens ne connaissent pas encore. La pandémie nous aura appris cela : on redécouvre le Québec », assure Martin Soucy, PDG de l’Alliance de l’industrie touristique du Québec. 

À savoir  

Le parc national d’Aiguebelle en Abitibi-Témiscamingue.
Photo courtoisie
Le parc national d’Aiguebelle en Abitibi-Témiscamingue.

Aide au secteur touristique 

Plusieurs initiatives, mais notamment un montant de 204 M$ qui a été annoncé dans le dernier budget, dont 29 M$ pour la promotion de Bonjour Québec sur deux ans.

En 2020

L’industrie touristique du Québec a connu une baisse de revenus touristiques de 2,6 G$.

Une perle méconnue à connaître ?

L’Abitibi-Témiscamingue.

Deux parcs nationaux (Aiguebelle et Opémican), des circuits de plein air, un secteur minier à découvrir. Et c’est le royaume de la pourvoirie. 

Des routes à explorer ? 

Partout au Québec, mais deux routes mythiques, la 132 tout autour de la Gaspésie et la 138 vers la Côte-Nord. 

À VOIR AUSSI