/opinion/columnists
Navigation

La ligne noire du REM

GEN-REM-INSPIRATION
PHOTO COURTOISIE À Rennes, en France, le train surélevé passe dans un parc avec beaucoup de verdure, ce qui n’est pas le cas sur René-Lévesque.

Coup d'oeil sur cet article

Qui aurait cru que la Caisse de dépôt et placement du Québec avait dans son mandat de faire de la propagande grossière ?

Ces derniers jours, la Caisse a publié une série de photos autour du REM aérien sur le boulevard René-Lévesque.

Des photos qui n’étaient pas à l’échelle et qui omettaient des éléments importants de la nouvelle autoroute aérienne que la Caisse veut imposer. Ainsi, certaines photos ne montraient ni parapets pour protéger les passants des chutes de neige ni poteaux électriques.

N’importe quelle entreprise qui présenterait des images aussi mensongères serait traînée en justice pour publicité trompeuse. Mais pas la Caisse.

Ailleurs dans le monde

La Caisse a aussi montré une image du métro aérien de Rennes, qui passe en plein milieu d’un parc. Grâce à la verdure et aux grands espaces autour, ce métro aérien paraît délicat. Mais où donc trouve-t-on un tel espace et une telle verdure sur René-Levesque ?

Il y a aussi cette photo de nuit d’une station de verre de Chicago, suspendue au bout d’une rue et illuminée. Elle est magnifique. Mais allez donc par vous-même en dessous, sur l’avenue Wabash, avec Google Street. Vous verrez comment un métro aérien détériore une ville. En plus, ce segment est loin d’être le pire. 

Et que dire du bruit !

Avec notre argent, la Caisse se paie une campagne de propagande pour nous convaincre que son projet de métro aérien est fantastique.

Si le gouvernement Legault avait fait la même chose, l’opposition lui aurait sauté dessus sans merci, avec raison.

Si la Caisse de dépôt avait joué son rôle de manière convenable, elle aurait expliqué aux citoyens que les autoroutes surélevées qui charcutent les centres-villes sont en voie de démantèlement, en particulier aux États-Unis. Aussi le budget de Joe Biden prévoit-il des milliards pour détruire des autoroutes urbaines surélevées.

D’ailleurs, ici même, l’autoroute Bonaventure a été démantelée et transformée en boulevard, avec bonheur.

Mais non, la Caisse persiste et signe. Elle veut imposer sa nouvelle autoroute surélevée de transport en commun au centre-ville.

Dangereux et destructeur

À Boston, la destruction d’autoroutes a permis de reconnecter des quartiers et de les rendre plus sécuritaires. Mais à Montréal, de nouveaux quartiers seront isolés, et les abords du REM aérien risquent de devenir dangereux.

À Milwaukee, des investissements de plus d’un milliard de dollars sont survenus grâce au démantèlement d’une autoroute surélevée. Mais à Montréal, la Caisse sera responsable d’une importante destruction de richesse. À Séoul, une vieille autoroute a été remplacée par un magnifique parc urbain linéaire. Mais les Montréalais pourront dire adieu à la trop rare verdure sur René-Lévesque.

Il y a quatre ans, Valérie Plante promettait aux Montréalais une ligne rose. De ligne rose, plus personne n’entend parler. Mais nous aurons une ligne noire au centre-ville si personne n’arrête la Caisse.